Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Recadrage nécessaire

Publié le mardi, 09 juillet 2019

Le calendrier scolaire de Paul Rabary crée des vagues. Parents d'élèves, professionnels de l'éducation, observateurs de tout bord et d'autres dont de simples citoyens  émettent des objections à considérer. Le ministre de l'Education nationale, sous l'ère Paul Rabary, confectionna un nouveau programme scolaire dans le cadre du Plan sectoriel de l'éducation (PSE) et  qui entra progressivement en vigueur dès cette année scolaire 2018-2019. Avec la contribution matérielle et technique des Partenaires financiers et techniques (PTF), l'équipe du MEN a élaboré en vertu du PSE un document de Cadre d'orientation et d'organisation du curriculum malagasy (COOCM).

 

En gros, les bases du PSE consistent essentiellement en trois grands axes. En premier lieu, maitriser la notion fondamentale de la lecture. Ensuite, apprivoiser le mécanisme de base de l'écriture. Et enfin, maitriser les arcanes de base des mathématiques. Et tout cela au bout des trois premières années d'études de perfectionnements scientifiques de l'éducation à la citoyenneté et environnementales puis de la disposition des connaissances et des capacités requises pour apprendre tout au long de la vie. Les changements sont axés sur la structure de l'éducation qui sera basée sur une éducation fondamentale de 9 ans afin de respecter l'engagement dans le monde professionnel à partir de 15 ans.

Jusque- là, d'aucuns n'y trouvent de quoi à s'inquiéter ni d'inconvénients. Les trois axes fondamentaux du COOCM répondent parfaitement aux attentes et aux besoins des enfants malagasy. Encore faudrait-il avoir un solide programme de scolarisation à la base. Le problème récurrent de l'éducation à Madagascar se  repose d'abord sur la capacité à convaincre les parents d'envoyer leurs enfants à l'école. C'est un défi difficilement relevé dans un pays comme le nôtre. En dépit des efforts entrepris par les régimes successifs, le taux de scolarisation demeure à un niveau dérisoire. L'un des plus bas en Afrique. Rien qu'à voir ces badauds en âge de scolarisation par centaine voire par millier qui grouillent, même en plein centre de la Capitale, dans les marchés d'Analakely, d'Andravoahangy ou d'Isotry.  Presque tous les ministres qui se sont succédé à la « Trano boribory » à Anosy ont tous échoué.

Ce document cadre n'a rien de répréhensible mais là où le bât blesse c'est que dans le cadre de ce nouveau plan, le calendrier scolaire subit des modifications profondes. Désormais, il s'étalera de mars à novembre. Certes, des raisons apparemment logiques expliquent le changement. Entre autres, les périodes de pluie et celles de soudure qu'il fallait éviter. Seulement, on devait prendre en considération d'autres motifs beaucoup plus sensibles et plus sérieux.

De mars à novembre, les élèves feront face aux hivers rudes des hauts plateaux et des chaleurs torrides de la côte. Mais la raison majeure qui amène les parents à avoir des soucis avec ce nouveau programme se situe au fait qu'il va accentuer le déséquilibre entre pauvres et riches dans la mesure où les familles aisées dont les tenants du pouvoir vont inscrire leurs progénitures ailleurs sous d'autres cieux. Tandis que les familles moyennes et surtout celles en difficulté se contenteront des études sur place étant donné que le calendrier scolaire et universitaire local est en décalage avec ceux en vigueur ailleurs.

Enfermé dans un tour d'ivoire, l'éducation des enfants du peuple n'aura pas la chance d'évoluer. Un recadrage s'avère nécessaire !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff