Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

L’âpre bataille

Publié le mercredi, 10 juillet 2019

  Le combat se poursuit. Parmi les huit équipes ayant obtenu le ticket pour les huitièmes de finale de la CAN 2019, Barea de Madagascar rencontre en cette fin d’après-midi les Aigles de Carthage de la Tunisie au stade de l’Académie Militaire du Caire. Ce sera sans doute un combat ouvert ou une bataille rangée sans complaisance. Si les aigles sont les rois des airs, les zébus sont les maîtres sur terre, du terroir tandis que les requins blancs des océans. Alors, aigles et zébus, deux espèces animales réputées pour leur combativité voire leur ténacité, vont s’affronter. Le vainqueur ira en demi-finale ! Sur le tableau des palmarès, les Aigles de Carthage sont les mieux lotis. Ils n’ont rien à envier des grandes équipes africaines. La première participation de la Tunisie en phase finale de la CAN remontait en 1962. Depuis, elle a été qualifiée 18 fois et sacrée championne en 2004. De même pour le CHAN, la Tunisie se qualifiait deux fois et sacrée championne une fois, en 2011. Sur le plan mondial, l’équipe tunisienne a été qualifiée 5 fois en phases finales. Donc, les Aigles de Carthage ont derrière eux un riche tableau de palmarès. C’est une équipe habituée aux grandes compétitions continentales voire internationales ou mondiales. Certainement, elle fait figure de favorite dans cette CAN 2019 en Egypte. Pour leur part, les Barea de Madagascar n’ont pas grand-chose à étaler en termes de gloires. Parmi les outsiders de la compétition, les Barea appartiennent au  club des « novices » de la CAN 2019. D’aucuns n’ignorent que c’est la toute première participation de Madagascar dans les phases finales de la CAN, valable à toutes phases finales internationales du ballon rond. Ainsi avec un tableau de titres ou de médailles

…vierge ou blanc, les Barea de Madagascar font partie des équipes « sans grades » en Egypte. Cependant, selon Jean-Marie Nzekoue, un des rares auteurs qui se hasardent sur le sport africain notamment le football qui a publié en 2011 aux éditions L’Harmattan un livre s’intitulant « L’aventure mondiale du football africain », il affirme que « le football international est en train de vivre une mutation ». Et lui de signifier que « fini, apparemment, le règne des équipes à vedettes ou des formations nationales inamovibles. De ce fait, tout le monde et surtout les meilleurs peuvent être ébranlés par n’importe quelle équipe. Et le football retrouve peu à peu une de ses valeurs essentielles, à savoir « le collectif ». A priori, il n’y a plus de novices ou de capés. Tout le monde joue sur le même pied d’égalité avec la chance de réussir. En tout état de fait, les Barea se sentent prêts d’affronter les Aigles. Sans complexes ni fioritures, les éléments de Faneva Ima affichent leur détermination à écraser tout sur leur passage. Les supporters, de leur côté, manifestent leur soutien sans faille et encouragent toujours les Barea à aller de l’avant « Alefa Barea » ! Et l’Etat par le biais de son Chef, Rajoelina Andry Nirina, toujours prêt à épauler notre Onze national, fait part de sa volonté à rééditer « l’aventure » du match précédent en affrétant des vols spéciaux pour le Caire.
Alefa Barea, l’âpre bataille n’écornera jamais chez nous la rage de vaincre.

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff