Publié dans Editorial

Un rigolo !

Publié le vendredi, 26 juillet 2019

Un quotidien de la place titrait, en plein régime HVM, à la « Une » de son journal « On recrute un leader d’opposition ». Tout au long de son mandat, Hery Rajaonarimampianina « régnait » sans partage. Et pour cause. Principalement parce que Mr le Président n’admit pas le principe de contre-pied à son pouvoir. Il ne reconnut point l’utilité d’une opposition dans le système de gouvernance du pays. Rajao se plaisait à ignorer les avis contraires. Il était toujours prêt à mater, par tous les moyens (harcèlements, arrestations abusives, emprisonnements arbitraires, etc.) toutes formes de contestation.

En second lieu, il n’y avait pas devant lui, au moment des faits, aucune figure politique ni une formation politique pouvant faire le poids. Le parti Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina (MAPAR), piégé par son propre choix ou plutôt trahi par Rajao en le soutenant aux élections présidentielles de 2013, préférait garder la … distance. Son président-fondateur Andry Rajoelina, lui-même, choisit délibérément la voie du …silence et s’écarta de son propre gré de la fournaise, juste le temps de se préparer sérieusement pour le retour gagnant. Et les autres, à l’image de Marc Ravalomanana, ils passèrent l’essentiel de leur temps à amuser la galerie. Et le locataire d’Iavoloha se frottait les mains. Quelle aubaine pour un « dictateur » en puissance !

La Constitution de la République malagasy, version 2010, prévoit l’institutionnalisation et l’officialisation de l’opposition dans la structure du Bureau permanent de la Chambre basse. Dans l’Art. 78, alinéa 2, il est stipulé ainsi « L’opposition a droit à un poste de vice-président et préside au moins l’une des commissions ». C’est une avancée significative dans l’amélioration du processus démocratique au pays. L’Assemblée nationale considérée comme étant le « temple de la démocratie »,  le fait d’accorder une place évidente en son sein témoigne de la volonté du texte fondamental et l’Etat, par extension, à respecter les valeurs essentielles de la démocratie, une condition sine qua non pour le progrès de la Nation.

Le Président Rajoelina , convaincu de la nécessité de donner un souffle nouveau à travers le jeu de la démocratie au Parlement, mise sur le fonctionnement effectif de l’équilibre des mécanismes dont l’opposition prendra part. L’IEM, une base sur laquelle le régime IRD compte évoluer et concrétiser les engagements tenus auprès de la population ne minimise nullement la vertu des débats contradictoires. Seulement, une question pertinente se pose : « y a-t-il une opposition dans la salle ? » Du moins, si elle existe serait-elle en mesure de désigner un leader capable de la représenter là où il faut ?

Le contexte où nous évoluons diffère diamétralement de celui du régime précédent. Rajao refusait l’existence d’une opposition. Les nouveaux tenants du pouvoir n’y voient aucun inconvénient, au contraire ! Mais, jusqu’à ce moment aucun leader crédible et surtout accepté par la classe politique se revendiquant de l’opposition n’émerge.  A la rigueur,  il existe un dirigeant politique, un certain Marc Ravalomanana qui s’arroge le titre alors que rien n’a été joué dans ce sens, au jour d’aujourd’hui.

Ravalo fait figure plutôt de rigolo (mampiomehy). Il est loin d’avoir l’étoffe d’un leader de l’opposition. A moins que l’ensemble que compose cette opposition elle-même n’atteigne pas la « moyenne requise ».  

Ndrianaivo

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff