Publié dans Editorial

La rentrée !

Publié le lundi, 05 août 2019

La cloche a sonné. C’est la fin de la récré. En effet, les membres du Gouvernement rejoignent ce jour leur « classe » répartie en deux niveaux de cours. Une première Section ou Cours moyen : le Conseil de Gouvernement. Tandis que la seconde ou Cours supérieur : le Conseil des Ministres. C’est au niveau de ces Sections que les travaux des « élèves » se répartissent. Pour le Cours moyen, le Maître-encadreur  suit et contrôle de près les  devoirs et les travaux à exécuter par les « élèves ». En tant que Maître-encadreur, il lui appartient d’apprécier les performances de chacun et donner les notes correspondant. En ce qui concerne le Cours supérieur, les travaux à faire étant les mêmes sauf que le dernier mot appartient à l’encadreur du Cours qui est en fait le « Directeur des travaux ». C’est lui le Patron des patrons ! Il donne les consignes nécessaires. Tout le monde exécute ! De grands sujets sinon d’importants dossiers dont l’urgence ne fait point l’ombre d’un doute attendent les « grands potaches » dès la rentrée. La mise en route effective de la Politique générale de l’Etat (PGE) se trouve aux premières loges. La traduction en actes de la PGE constitue donc l’ossature principale de l’emploi du temps. A chacun selon le « sujet » qui le concerne de mettre sur rails les voies et les moyens afin de venir à bout de leurs devoirs respectifs. L’urgence des cas ne leur permettent point de tergiverser. Ayant déjà passé les six premiers mois de mise en train sinon de mise en condition voire de « stage », les ministres n’ont plus d’excuses à leurs éventuelles hésitations. Toutefois, il existe certains domaines qui nécessitent un démarrage en puissance dès la rentrée. Au premier plan, la lutte contre la pauvreté. Il faut améliorer au plus vite les conditions de vie de la  grande majorité des malagasy.

Le « sosialim-bahoaka » du Sud au Nord, d’Est en Ouest de la Grande île attend impatiemment des solutions pérennes de la part des dirigeants politiques. Il s’agit d’une priorité des priorités dans les « Velirano » du Président. L’amélioration de la qualité de vie de chaque citoyen occupe une place prépondérante dans l’IEM. Tous les membres du Gouvernement ont chacun leur part de responsabilité afin de parvenir à terme de ce défi. En second lieu, le combat contre l’insécurité. Le combat en question exige aussi un ensemble d’actions cohérentes et solidaires du Gouvernement entier. Il ne s’agit pas d’une affaire relevant uniquement des Forces de Défense et de Sécurité, c’est une responsabilité commune touchant les 22 membres du Gouvernement. Rapts, kidnappings, attaques et vols à main armée autant de crimes odieux faisant souffrir la population sans distinction d’origine ou de niveau de vie ou d’âge doivent incessamment être éradiqués. La bataille contre l’impunité n’a pas de répit. Il faut traquer tous les gros bonnets, auteurs ou commanditaires de corruption et de trafics illicites des ressources naturelles du pays d’où qu’ils viennent. Ils doivent être jugés et payer de leurs actes. Via la rentrée, l’éducation nationale, la santé publique et la sauvegarde de l’environnement, pour ne citer que les plus urgents, attendent des responsables concernés des issues efficaces sans tarder.  Au travail !

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff