Publié dans Editorial

Message perçant et percutant

Publié le mardi, 10 septembre 2019

Le voyage d’Etat et pastoral du Pape François en terre malagasy, en particulier, et dans l’océan Indien en général, tire à sa fin. Comme partout ailleurs, le Pape débarque avec une double casquette, à la fois Chef d’Etat et pasteur. Le Saint-Siège est une institution étatique reconnue en tant que telle par les Nations Unies depuis 1964. Son représentant officiel auprès de l’ONU porte le titre d’observateur permanent ou Nonce apostolique. Il ne participe pas au vote de l’AG/ONU. Toutefois, le Pape étant le maitre des céans à la cité du Vatican assume et porte le titre de Chef d’Etat. Le Vatican a des représentations diplomatiques, les nonciatures, à travers les Etats membres des Nations Unies.  L’établissement de la relation diplomatique entre Madagascar et le Saint-Siège remontait au 19 décembre 1966. De ses 53 ans de relation d’Etat à Etat avec la cité du Vatican, la Grande Ile fait partie des premiers pays en Afrique ayant eu des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. La cité du Vatican est le siège mondial de l’église catholique et apostolique romaine (ECAR). Le Pape ayant élu domicile au Vatican en est chef spirituel. A la tête des fidèles estimés à un milliard trois cent mille répartis à travers le monde, il est le pasteur de l’ECAR. A Madagascar, en dépit de la percée des « fiangonana zandriny » l’église catholique conserve encore et toujours son influence.

Et la visite d’un Pape de ce genre revêt, à chaque fois, un caractère symbolique fort. Ainsi, le Pape François qui a foulé le sol malagasy porte en même temps l’étoffe de pasteur et de Chef d’Etat. Raison pour laquelle l’Etat malagasy s’impliquait matériellement dans l’organisation y comprise la sécurité et la prise en charge des préparatifs pour accueillir le Chef de l’Etat du Saint-Siège. Comme il fallait s’y attendre, le 266e Pape en tant que messager de la parole de Dieu est porteur de message partout où il passe. A son habitude et dont il en a le secret, il « sème » un message perçant et percutant. Tel un sabre à double tranchants, la « parole » qu’il évangélise perce et brise à même le roc de l’indifférence. Quatre thèmes-clés ont été développés par l’évêque de Rome à Madagasikara : la paix civile, l’unité dans la diversité, l’éradication de la corruption et la sauvegarde de l’environnement. La paix et l’unité sont des thèmes chers et de prédilection du Souverain pontife. Ils tranchent au cœur du processus de règlements de conflits du Vatican. Des conflits qui sévissent le monde notamment les pays en souffrance économiquement s’entend. Sans la paix et la concordance nationale et internationale, il est pratiquement impossible d’espérer à toute évolution vers le bien-être de chacun dans ce bas-monde. La lutte contre la corruption est le cheval de bataille du Pape. Là, il crève l’abcès. La corruption détruit à la base les chances de réussite du pays. Madagasikara, un pays pauvre, encaisse les vicissitudes de la corruption. Le Pape enfonce son doigt sur la plaie et appuie fortement sur la sonnette d’alarme. La protection de l’environnement va de pair avec la lutte contre la corruption. Madagasikara, un pays riche en écosystème, un vivier des espèces endémiques  florales et fauniques doit s’engager fortement à  sauvegarder l’environnement.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff