Publié dans Editorial

Quelle chance !

Publié le jeudi, 19 septembre 2019

Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.

 

Stratégie ou tactique électorale ou encore difficulté de dénicher le ou la candidate providentielle, les grands partis ont attendu le tout dernier moment pour dévoiler l’identité de leur « cheval de bataille ». On mise sur l’effet de surprise afin de tétaniser l’adversaire. Ainsi donc, Ravalomanana Marc aligne au starting-block un jeunot, un tout-jeune et … naïf ! Un « soavaly vaon’ny Mahamasina ». Quelle chance aurait-il ce jeune SG de Lalao Ravalomanana dans la course qui l’opposera à une grosse pointure de la taille d’un Naina Andriantsitohaina, un « cheval pur-sang » avec  l’artillerie lourde de l’IRD. Fausse modestie mise à part, il faut reconnaitre que Naina fait figure de favori à cette course à l’Hôtel de ville d’Analakely. Ny Riana Randriamasinoro aura fort à se défaire d’au moins trois lourds handicaps.

Trop jeune et sans expériences en matière de gestion technico-politique surtout pour une grande Commune comme celle de la Capitale, le candidat du TIM butera à des situations complexes et à des défis trop au-dessus de ses capacités. Certes, Randriamasinoro a le même âge que Rajoelina quand ce dernier s’était porté candidat à Antananarivo en 2007. Seulement voilà, le candidat TGV avait déjà derrière lui un bagage non négligeable notamment en sa qualité de chef d’entreprise ayant connu des difficultés qu’il avait dû surmonter en cours de route. A rappeler qu’il n’avait même pas vingt ans quand il avait monté sa première entreprise. Toute la différence est là !

Le candidat télescopé par Ravalo aura du plomb sous les ailes pour contourner le refus ou l’indifférence des ténors du parti, en particulier les députés. Mis à l’écart dans la prise de décision, les parlementaires du TIM dénoncent le jeu en solo de Ravalo. En fait, ils boudent et refusent carrément d’accorder à Ny Riana Randriamasinoro leur soutien. C’est un handicap plus que majeur !   

Le troisième des handicaps qui n’est pas des moindres et qui sera fatal au jeune candidat TIM réside sur les échecs incontestables de Mme le maire, sa patronne, dans la gestion de la ville. Etant le secrétaire général, le personnage n° 2 de la mairie, Randriamasinoro ne pourra pas se disculper du ratage criant. Sa responsabilité ne fait pas l’ombre d’un doute. En somme, saletés,  bouchons,  commerçants informels qui font la loi dans la Capitale et qui déclenchent les mécontentements des habitants ne joueront pas en sa faveur.

En tenant compte de ces éléments fâcheux, la chance de réussite du candidat imposé par Ravalo pour le scrutin du 27 novembre prochain, au grand dam de ses partisans, relève de l’utopie.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff