Publié dans Editorial

Naina le rassembleur !

Publié le mercredi, 09 octobre 2019

Il est dit quelque part « Celui qui divise vient du diable ». Incontestablement vrai, toute volonté de créer une division au sein de la société ou à l’intérieur de la communauté porte toujours préjudice grave à l’épanouissement de l’individu en même temps du groupe. La division anéantit la force et détruit tous les efforts de développement. C’est l’œuvre du mal.

 

Par contre, celui ou celle qui unit s’inspire de la bonté divine ou nanti de la vertu céleste. Une communauté faisant preuve d’union grâce à l’initiative d’un bon leader est capable de concrétiser de grandes réalisations pour le bien de tous et en mesure de braver tous les défis. Nos ancêtres les Ntaolo ont bien dit « Ny firaisankina no hery ». Un adage vérifié et admis dans toutes les communautés humaines qui se traduit en ces termes « l’union fait la force ».

Rares sont les dirigeants qui se sont succédé au pouvoir dans ce pays ayant pu manifester la ferme volonté de fédérer les Malagasy autour d’une idée-force positive. Les clivages ethniques ou politiques partisanes diaboliquement entretenus remportèrent souvent au détriment de l’unité nationale.

Le nouveau régime qui vient de s’installer à l’issue des élections libres et démocratiques en l’occurrence l’Initiative pour l’émergence de Madagasikara (IEM) sous la houlette de Rajoelina Andry Nirina affiche la ferme volonté de remettre la pendule à l’heure. L’unité nationale n’est pas un choix, c’est une obligation. Pour redresser le pays, profondément embourbé dans la misère, il va falloir que tous les Malagasy se donnent la main. Le concept de « Tagnamaro » ne relève pas uniquement d’une initiative d’un seul ministère ou une aventure d’une personnalité donnée seulement, il entre dans le cadre global de la mise en œuvre de l’IEM ainsi que la traduction en actes du Velirano.

Le pays en ces temps-ci s’apprête à renouveler les responsables élus au niveau des Communes. L’occasion à jamais de rassembler les citoyens autour d’une conception révolutionnaire mettant au centre des idées innovatrices et porteuses d’espoir pour l’essor du pays. La nouvelle démarche fait son chemin. Rajoelina Andry concentre ses efforts à rallier tous les citoyens à la cause de l’unité nationale, le seul garant pour un progrès pérenne, continu et soutenu du pays.

Naina Andriantsitohaina, le candidat portant le n°4 de l’IRK à l’élection communale à Antananarivo fait sien de ce noble principe. Il met le paquet dans l’initiative de rassembler toutes les forces vives de la Capitales en créant une puissante synergie et redoutable force capable de renverser la vapeur. Naina lance donc un « appel » solennel à l’endroit de tous pour se mobiliser à « sauver » Antananarivo, « notre ville » (tanànantsika). Les dégâts qui pèsent sur la ville sont tellement énormes qu’il faut la contribution de tous les concitoyens. Société civile, mouvement associatif, collectif des opérateurs et toutes les gens de bonne volonté se doivent nécessairement d’unir leurs forces. Notre ville se trouve dans de mauvaise passe ! L’équipe sortante dirigée par Mme le Maire Lalao Ravalomanana a détruit littéralement la Ville des Mille. Elle est en ruine. Tout est à refaire !

Naina Andriantsitohaina, le rassembleur et porte flambeau de la majorité présidentielle, rassure de sa volonté à relever le défi quoique épineux pour redresser notre Ville.  

Ndrianaivo

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff