Publié dans Editorial

L’autre scrutin

Publié le jeudi, 07 novembre 2019

Parallèlement avec les communales, au même jour et dans le même bureau de vote mais urnes différentes et isoloirs à part, les municipales auront lieu le 27 novembre 2019. Un autre scrutin à ne jamais sous-estimer dans la mesure où il tient un rôle aussi important que celui des communales dans la vie de la cité et dans celle des citoyens. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) le précise en noir sur blanc que les élections des maires diffèrent totalement de celles des membres des conseils municipaux. Ils ont chacun des tâches et des responsabilités propres à eux respectivement et ne se confondent nullement. Et chaque entité prend soin de ne pas empiéter la plate- bande de l’un et de l’autre.

 

Selon le texte de loi, la législation en vigueur régissant le bon fonctionnement des Collectivités territoriales décentralisées (CTD), il existe deux entités administratives indépendantes de l’une et de l’autre, au sein de la Commune. A savoir, l’organe délibérant, le conseil communal ou municipal, et l’organe exécutif dont la charge de la direction revient au maire, le premier magistrat de la ville.

Il appartient aux conseillers municipaux de délibérer en séance plénière ordinaire du budget (fonctionnement et investissement) annuel de la Commune dûment présenté par l’équipe de l’exécutif sous la houlette du maire. C’est une grande et délicate responsabilité du conseil communal ou municipal du fait que la Commune ne peut pas fonctionner normalement sans un budget cohérent et bien ficelé de nature à assumer les charges fixes et capable de réaliser le programme général de l’exécutif. Il relève aussi de la responsabilité des conseillers de délibérer du programme global sinon de la politique générale de la Mairie soumis par l’exécutif communal dans le cadre global des engagements du maire durant la campagne électorale. Pour le cas du candidat n° 4 d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina de l’IRD, il s’agit du « Veliranon’Antananarivo ». Le candidat élu ne pourra jamais traduire en actes ses « promesses » électorales qu’après avoir eu la validation voire la bénédiction de la majorité des conseillers municipaux. Bref, le conseil municipal délibère et l’exécutif (maire) dispose !

La synergie des actions du maire et des conseillers municipaux est plus que nécessaire et cela dans l’intérêt supérieur de la cité ainsi que des citoyens. Un maire qui ne dispose pas d’une majorité au conseil de la ville se trouve dans une situation embarrassante ou gênante. Il aura du mal à faire passer son programme d’activités ainsi que le budget qu’il compte établir pour le réaliser. Il appartient donc à l’équipe de campagne du candidat à la Mairie, de l’IRD à titre d’exemple, de ne point négliger la sensibilisation des électeurs à opter leurs choix non seulement pour le candidat à la Mairie mais en même temps faire le maximum pour les candidats au conseil municipal de la même couleur.

Ceci étant, l’autre scrutin (l’élection des membres du conseil municipal) mérite légitimement l’attention de tous. Les deux scrutins jouent ensemble des rôles aussi importants, l’un de l’autre, que l’on ne doit pas sous-estimer d’une manière ou d’une autre. Naina Andriantsitohaina, en cas de victoire au scrutin du 27 novembre et pour avoir les coudées franches, aura besoin de façon indispensable d’une majorité confortable de couleur Orange au conseil municipal.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur
  • Défaite du TIM dans la Capitale - Autopsie d’une débâcle annoncée

La Une

Editorial

  • Impunité parlementaire ?
    Les députés ont adopté, en séance plénière, une résolution pour la libération de leurs pairs Hasimpirenena Rasolomampionona, élu à Fandriana et Raveloson Ludovic élu à Mahabo, incarcérés pour des affaires qui les concernent personnellement. Suite à la recommandation de la Commission permanente chargée de l'examen des demandes de suspension de la détention, des mesures privatives et restrictives de liberté ou de la poursuite d'un député présidée par Rakotomalala Lucien, député élu à Morombe, les députés ont pris la résolution de libérer les deux élus. Le Bureau permanent est chargé de le transmettre à qui de droit. A charge pour le Gouvernement et la Justice de prendre leurs dispositions. Evidemment, le comportement pour le moins corporatiste crée des vagues.  

A bout portant

AutoDiff