Publié dans Editorial

Tana-Masoandro, l’indispensable !

Publié le vendredi, 08 novembre 2019

Un quotidien de la place publia, à travers ses colonnes, une importante interview accordée par un éminent architecte-urbaniste Mamy Rajaobelina dont le thème central porte sur le projet présidentiel  « Tana-Masoandro ». Un sujet, en dépit des débats et des commentaires suffisamment prolifiques, continue toujours de défrayer les chroniques et de focaliser les esprits. Une interview qui offrira l’occasion à l’opinion d’avoir une perception plutôt technique sur Tana-Masoandro de la part d’un expert en la matière Mamy Rajaobelina. Il n’hésite pas de déclarer que « Tana-Masoandro est vital pour le futur de la Capitale ». Mamy Rajaobelina fait partie de l’un des rares experts malagasy maitrisant sur le bout du doigt l’architecture axée sur l’urbanisme. Un certain Guy Willy Razanamasy, le Premier ministre nommé par le Président Didier Ratsiraka des suites des mouvements de contestation en 1991, lui confia le portefeuille du développement de la ville dans son Gouvernement.  Mamy, pour les intimes, accompagna et supervisa sans interruption, en tant que DG ou PCA, les activités de l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public et d’aménagement (AGETIPA), créée en 1993 et précurseur de l’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (APIPA). Pour ainsi dire que Mamy Rajaobelina est un fin connaisseur et technicien relatif aux tenants et aboutissants du traitement des dossiers concernant le développement de la Ville des Mille et  l’avis qu’il émet sur la nécessité de l’éventuelle extension de Tanà relève de la plus haute importance. A rappeler à juste titre que le bulletin d’information de l’AGETIPA, à l’époque, porta le titre de « Ville nouvelle ».

En passant, soulignons que l’architecte-urbaniste Mamy fut l’artisan principal de la reconstruction de l’Hôtel de ville d’Analakely. A relever que l’expert Rajaobelina brillait aussi à l’extérieur, en Côte d’Ivoire par exemple, en tant qu’expert en aménagement du territoire. Dans le point 10 du Velirano, le candidat n° 13 Rajoelina Andry s’engagea à améliorer les conditions d’habitat des Malagasy par la construction des maisons d’habitation à loyer modéré et également la construction des villes nouvelles pour désengorger les grandes agglomérations de type Antananarivo ou de Toamasina ou ailleurs. Les projets présidentiels à concrétiser tels « Tana-Masoandro » ou « Miami » s’inscrivent dans la ligne droite de cette amélioration de la qualité de vie dans les grands centres urbains. Mamy Rajaobelina a été clair et net que le projet de la ville nouvelle Tana-Masoandro n’est pas seulement indispensable mais il est surtout vital pour le futur de la Capitale. Et quand on évoque le devenir de la Capitale, cela sous-entend logiquement de l’avenir du pays. Des millions de personnes vont jouir des bienfaits de cette extension. Non seulement, Tana-Masoandro servira les intérêts de la population d’origine d’une Région, Analamanga pense-t-on, mais aussi de toutes les Régions de Madagasikara. Coûte que coûte, il faut désengorger Antananarivo ! La population s’étouffe, suffoque. Il s’agit d’une question de vie ou de mort. Le Président élu, Rajoelina Andry, en homme de parole, ne changera pas de cap. Le choix d’Ambohitrimanjaka se justifie par plusieurs paramètres solides que les techniciens ne se lassent point d’expliquer, en long et en large, aux paysans dont les terres sont touchées par les travaux. Eux-mêmes figureront parmi les bénéficiaires de l’extension indispensable et vitale de la Capitale.

Fil infos

  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication

La Une

Editorial

  • Péril en interne
    Au niveau où nous en sommes, à Antananarivo (Analamanga), on n'est plus au stade de la menace mais d'un péril en la demeure. Le reptile au venin létal se trouve … dedans ! Bref, le virus du Covid-19 « investit » la ville, par extension la Région. Depuis une quinzaine de jours, on assiste dans la Capitale à la recrudescence du nombre des cas contaminés du nouveau coronavirus et le bilan des décès grimpe dangereusement. Jusqu'à hier mercredi 2 juillet, le bilan journalier annoncé par le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole officielle du CCO du Covid-19 d'Ivato, fait état des chiffres alarmants de 2 403 cas testés positifs dont 100 pour la journée d'hier, 24 décès dont 2 hier et 1 040 guéris dont 34 hier.  

A bout portant

AutoDiff