Publié dans Editorial

Tana-Masoandro, enjeux et défis

Publié le vendredi, 13 décembre 2019

Quelque peu éclipsée par les élections du 27 novembre et les démarches incontournables relatives à la « récupération » des îles éparses, les « îles Malagasy », la construction de la Ville nouvelle « Tana-Masoandro » passe tant soit peu sous silence. Non pas parce qu'elle est reléguée au second plan mais on ne peut ou ne doit pas courir sur deux lièvres à la fois, il a fallu organiser et mettre de l'ordre dans la mise en marche des actions. Un minimum que les dirigeants doivent être capables d'agencer.

 

Le scrutin des communales et des municipales du 27 novembre revêt un caractère basique pour les nouveaux tenants du régime. Etant entendu qu'il s'agit des élections de proximité, le scrutin focalise l'attention du peuple et préoccupe les états-majors politiques. Les Velirano du Président Rajoelina accordent une importance de taille aux conditions de vie quotidiennes des grandes masses populaires, il a fallu mettre le paquet aux choix des responsables à la base. C'est tout l'avenir du régime qui est en jeu.

Le quarantième anniversaire de la Résolution 34/91 du 12 décembre 1979 de l'Assemblée Générale des Nations Unies approuvant l'appartenance des îles éparses dans le giron du territoire de Madagasikara, le pays ne pouvait laisser passer « par silence » un tel évènement. D'autant plus que les dirigeants s'apprêtent à affronter les négociations avec l'ancienne puissance coloniale.

Devant toutes ces « priorités du moment », le Projet présidentiel Tana-Masoandro n'en pouvait autrement que céder passage ne serait-ce que le temps de faire le nécessaire concernant ces deux sujets sensibles.

Tana-Masoandro,  le projet présidentiel de la taille de Titan, se trouve au cœur des engagements de campagne du Chef de l'Etat. Un projet phare d'envergure herculéenne tout comme Miami à Toamasina qui de par les enjeux et les défis qu'ils comportent en eux sont parmi les plus grandes priorités du régime.

L'enjeu majeur consiste à sauvegarder le crédit personnel de Rajoelina Andry vis-à-vis de son peuple. Dans le point 10 du Velirano, Rajoelina s'engage à bâtir à travers le pays de nouvelles infrastructures contribuant à améliorer les conditions d'habitat des familles aux bourses modérées. Ainsi, des immeubles à loyers modestes seront construits dans les périphéries de grandes agglomérations. De même, de nouvelles villes seront aussi mises en route pour désengorger les grandes villes existantes à l'instar de la Capitale. Tana-Masoandro entre donc dans la ligne droite de ces visées ambitieuses ayant vocation de désengorger la Ville des Mille. D'où l'enjeu capital pour le Chef de l'Etat qui est tenu à concrétiser ses promesses. Une question de crédibilité !

Les défis à relever dans la réalisation de Tana-Masoandro s'orientent vers deux axes de base qu'il faut absolument maîtriser pour que le Projet accède à la réussite. D'abord, obtenir l'adhésion populaire notamment des personnes dont les terrains et les maisons d'habitation se trouvent dans la superficie des travaux de chantier. C'est une condition sine qua non pour la durabilité de la nouvelle ville. Ensuite, étant donné la complexité et la spécificité des travaux à exécuter, Tana-Masoandro exige la mise en œuvre d'une équipe de techniciens de haut vol en matière d'architecture et d'urbanisme. Des experts en la matière dont les acquis en termes d'expériences nationales et internationales ne font l'ombre d'un doute.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire
  • Coronavirus - Une prime de risque pour le personnel de santé
  • Mesures de restriction face au coronavirus - « Priorité à l’intérêt général », selon la CNIDH
  • Réquisition des Stations radio et TV - Dernier avertissement de Lalatiana Andriatongarivo

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff