Publié dans Editorial

Quid de l’éducation civique

Publié le dimanche, 12 janvier 2020

Alors que nous étions, votre humble serviteur, des potaches des écoles primaires officielles où nous entonnions, à cœur joie et à chaque début de semaine sans faute, l’hymne national de la très chère mère Patrie « Allons enfants de la Patrie », La Marseillaise, on nous avait fidèlement appris en classe « l’éducation civique ». La maitresse nous avait inculqué les bonnes manières, les bonnes conduites en classe, à la maison et dans la société. Les marques de civilité ou du civisme, le souci de la propreté ont trouvé leur lettre de noblesse. L’institutrice nous apprenait aussi à chanter « Chère tempérance » pour nous faire passer le message de la modération en toute chose. On ne manquait non plus à nous transmettre, nous les petits indigènes, à respecter la loi, l’Etat et les … vazaha ! Et le message passait bien.

La Première République continuait, tant bien que mal, l’implication de l’éducation civique dans le programme scolaire. Et le respect des choses utiles pour le bien de la société tient malgré tout. Dans le même ordre d’idée, le respect des valeurs morales ou traditionnelles résiste face au phénomène de déculturation qui s’aggrave au fil des années.

Les évènements de mai 72 marquèrent un tournant décisif dans tous les sens. La désobéissance civile clamée à cor et à cri sur la Place du 13 mai impactait dangereusement sur tous les aspects de la vie politique et sociale. Lors du forum national, faisant suite à la chute du régime du feu Philibert Tsiranana, on avait remis en cause le contenu pédagogique de l’éducation civique dispensé depuis jusqu’à opter son abandon définitivement.  Apparemment, les citoyens du moins ceux victimes de la précarité ou de la fragilité sociale et économique ont perdu leur repère.

En effet, à partir de 1975, le programme d’éducation civique tel qu’il a été enseigné disparait du programme scolaire. On l’accusait de vouloir pérenniser l’emprise coloniale ou plutôt de conforter le socle du  néocolonialisme. Durant les deux décennies du régime socialiste de Ratsiraka Didier, les générations de l’époque manquaient cruellement d’une éducation basée sur le civisme si bien que l’acte civique et l’éducation citoyenne frôlent le pire. Le sens de la propreté et le reflexe au respect des autres, en particulier les ainés et les handicapés, souffrent tandis que la valeur morale dégringole jusqu’au plus bas de l’échelle. Par conséquent, la recrudescence des vols, de viols, des vindictes populaires et les actes de banditisme de grand chemin va de mal en pis et montre à quel point on est victime de la carence morbide d’une éducation civique.

La résurgence des crises tous les dix ans ou presque témoigne, sur le plan politique, la dominance de l’esprit de désobéissance civile et les manquements envers la loi aboutissent tout droit vers la nullité d’un Etat de droit.

Les graves et abondantes précipitations de ces derniers jours accusent implacablement la défaillance de l’éducation civique. Les ordures et les saletés de tout genre jetées sauvagement partout bouchent les canaux d’évacuation. Evidemment, l’inondation et la montée des eaux sur la voie publique font rage et créent la panique.

Il est grand temps que nos pédagogues confectionnent un curricula d’une éducation civique  adapté aux exigences et aux normes de la société malagasy. 
Ndrianaivo

Fil infos

  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire
  • Coronavirus - Une prime de risque pour le personnel de santé
  • Mesures de restriction face au coronavirus - « Priorité à l’intérêt général », selon la CNIDH
  • Réquisition des Stations radio et TV - Dernier avertissement de Lalatiana Andriatongarivo

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff