Publié dans Politique

Parti HVM - Deux sénateurs quittent le navire

Publié le vendredi, 15 mai 2020

 

Clash pour les uns. Signe avant-coureur de l'éclatement définitif pour les autres. Deux sénateurs ont décidé de quitter volontiers le navire HVM, l'ancien parti majoritaire. Le sénateur élu pour la province de Mahajanga, Bienvenu Manjany, et son pair d'Antananarivo, Mananjara Randriambololona, ont présenté leurs lettres de démission en tant que membres du parti selon deux communiqués signés par Thierry Raveloson et Mohamed Rachidy, respectivement président du groupe parlementaire HVM et secrétaire national du parti.

Les deux parlementaires ont été signifiés de l'acceptation de leur souhait. Mais ils sont aussi respectueusement et publiquement priés de ne plus rester à leurs fonctions de vice-présidents du Sénat au nom des « valeurs, de l'éthique politique et de l'honnêteté intellectuelle ». Lors des sénatoriales, ils se sont présentés sous la bannière de couleurs bleue-blanche.

Ils ont aussi pu intégrer le bureau permanent de la Chambre haute grâce à la confiance que leurs pairs leur ont accordée. Selon les précisions du bureau national du parti et de son groupe parlementaire, les deux sénateurs n'ont plus aucunement le droit de représenter la formation politique au sein du bureau permanent au nom de celle-ci.

Petites secousses

La dissidence au sein de l'ancien parti majoritaire ne date pas d'aujourd'hui. Cette formation a toujours été sujette à des dissensions internes même du temps où elle tenait le haut du pavé. Les divergences de vue ont fini par éclater le parti en plusieurs sous-groupes à la veille des présidentielles de 2018. Lors des législatives et des communales/municipales, les accords sur le profil des candidats à aligner sur les lignes de départ étaient difficiles à trouver.

Ces temps-ci aussi, le Sénat est devenu le foyer de petites secousses politiques. La division en deux ailes n'est plus une énigme pour tous. Une faction veut faire tomber le président Rivo Rakotovao contre qui un projet de destitution aurait été mis en marche. Mais la crise sanitaire liée au Covid-19 a tempéré le dynamisme éruptif au palais d'Anosikely.

Le départ volontaire des deux sénateurs, suivi d'une injonction de quitter aussi le bureau permanent, intervient dans ce contexte 

trouble que traverse la vie parlementaire.

M.R.

 

Fil infos

  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  

Editorial

  • Uni pour une cause
    Madagasikara resserre les rangs pour une cause plus que vitale. Le Chef de l’Etat, Rajoelina Andry Nirina, lors de la dernière intervention dans le cadre d’une « émission spéciale » sous forme d’une interview, appelle à l’unité sans faille de tous les Malagasy. Madagasikara affronte, au même moment, trois défis majeurs au terme desquels tous les Malagasy n’ont point pas le droit de rater. L’état d’urgence sanitaire national, la « récupération » des Iles malagasy (Iles Eparses) et la restauration suivie des travaux de construction du « Kianja Masoandro ».  

A bout portant

AutoDiff