Publié dans Politique

Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice

Publié le dimanche, 24 mai 2020


1 milliard d’ariary. C’est le montant du préjudice subi par un opérateur économique victime d’un candidat aux dernières élections présidentielles de 2018. L’auteur de l’acte est inconnu du bataillon dans le domaine de la politique mais il s’est tout de même présenté à cette course à la magistrature suprême. Par contre dans son domaine d’activités, il est très connu en étant un des premiers malagasy à se lancer dans le secteur des entreprises off-shore.
Avec son associé, il a choisi de louer une des bâtisses les plus en vue de la Capitale dont le loyer mensuel pour la superficie demandée de 700m2 tourne autour de 25 millions d’ariary. Le bail commercial signé au début de l’année 2015, la société a pris possession du lieu au mois de mars de la même année. Néanmoins, la société dont la gérance est assurée par ce candidat aux élections présidentielles a « omis » d’honorer des loyers qui, une année plus tard, plus précisément au mois de mai 2016, ont atteint plus de 200 millions d’ariary. L’argument avancé  par le gérant de la société au propriétaire de la bâtisse sise à Ankorondrano pour expliquer ce retard a trait à un problème de recouvrement auprès de ses clients. Toutefois, il s’est engagé à régulariser la situation et pour amadouer le propriétaire, il a proposé un calendrier de paiement. Que nenni, celui-ci n’a jamais été respecté. Les chèques ou traites émis par la société locatrice ont tous été retournés par la banque avec comme motif, insuffisance de provision. C’est tout à fait normal  ainsi que le montant des impayés se chiffre à plus de 360 millions d’ariary au mois de septembre 2017. Face à cette situation, le propriétaire s’est trouvé dans l’obligation de saisir la Justice qui a ordonné à la société du candidat malheureux aux élections présidentielles de payer dans un délai d’un mois cette somme de 360 millions d’ariary. Le commandement de payer resté vain, la société plaignante a demandé la résiliation du bail, l’expulsion du locataire et la condamnation au paiement des sommes dues. Une demande accordée par la Justice qui, en sus, a ordonné à cette société off -shore de  payer 670 millions d’ariary. Un jugement rendu dans le courant de l’année des élections et malgré ses casseroles, le gérant de la société s’est encore lancé dans la course aux présidentielles.
Et c’est seulement à la fin de l’année 2018 qu’il a pris la peine de quitter les lieux laissant derrière lui une ardoise salée de 1 milliard d’ariary de loyer impayé.  Alors qu’il savait pertinemment son impossibilité de payer les arriérés déclarés depuis, ce prétendant au fauteuil présidentiel squattait le local d’autrui avant cette date. Entre- temps pourtant, la société continuait ses activités et encaissait les revenus qui vont avec, sans payer toutefois les loyers.
Bref, une malhonnêteté dans son état pur ternissant encore un peu plus l’image du gérant et de la société.  Dans un passé récent, la société, qui s’est installée depuis dans un quartier moins huppé qu’Ankorondrano, a eu maille à partir avec une partie de son personnel pour salaire impayé. Succession de fautes graves difficilement à effacer…
La rédaction

Fil infos

  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère

La Une

Editorial

  • CVO, qu'on se le dise !
    Des voix s'élèvent en Côte d'Ivoire, pays de l'Afrique occidentale, région subsaharienne, pour dénoncer l'efficacité du Covid-Organics (CVO) tout en balançant des propos injurieux, frisant la calomnie, à l'endroit du Chef de l'Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina.  

A bout portant

AutoDiff