Publié dans Politique

Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !

Publié le lundi, 29 juin 2020


Pourquoi ? Telle est la question qui se pose à la connaissance de cette information. A l’issue de vigoureuses tractations, les Européens ont fini par s’accorder sur la liste des pays dont les ressortissants seront autorisés à voyager en Europe, première destination touristique au monde, à partir de ce mercredi 1er juillet. Validée demain, cette liste est bel et bien figée, selon plusieurs sources diplomatiques européennes.
Fermées depuis le 15 mars, les frontières de l'Union européenne et l'espace Schengen vont s’ouvrir à plusieurs pays à savoir l'Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, la Nouvelle-Zélande, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, et l'Uruguay. Pour le continent, les pays autorisés à franchir les frontières européennes sont l’Angola, la Tunisie, la Namibie, l’Ouganda, le Mozambique, l’île Maurice, la Zambie, le Rwanda, l’Éthiopie, le Maroc, l’Algérie et l’Égypte.
D’après des sources bien informées, ces pays répondent aux critères sanitaires fixés par les Européens, à savoir être dans une situation épidémiologique semblable ou meilleure que celle du Vieux continent. Le seuil fixé correspond ainsi à un taux de nouveaux cas de Covid-19 inférieur ou égale à 16 pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours.
Révision dans deux semaines
Etant donné le bilan de la pandémie dans le pays, l’on se demande alors pourquoi la Grande île n’a pas été intégrée dans cette liste. A priori, la Chine va également bénéficier de la même disposition à condition d’accueillir, elle aussi, des voyageurs européens. Les Etats-Unis, pays le plus touché par la pandémie avec 2,5 millions de cas, ne sont pas inclus dans la liste. La situation sanitaire, avec d'importants rebonds de la pandémie dans certains Etats du Sud, y est jugée insatisfaisante .
L’on apprend néanmoins que la liste fera l’objet d’une révision régulière. Les Européens ont, en effet, convenu d'actualiser la fameuse liste toutes les deux semaines en fonction de l’évolution de la situation. L'outil sert ainsi également de levier pour pousser les pays tiers à se rouvrir eux aussi aux citoyens de l'UE et de l'espace Schengen, qui inclut la Norvège, l'Islande, le Liechtenstein et la Suisse. Pour le moment, les autorités malagasy n’ont pas encore annoncé une quelconque ouverture des liaisons aériennes. Des indiscrétions révèlent néanmoins que la reprise des vols extérieurs qui relient Madagascar avec le reste du monde pourraient être envisagée d’ici le mois de septembre.
La Rédaction


Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff