Publié dans Politique

Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar

Publié le mardi, 30 juin 2020

Les sénateurs ont adopté hier le projet de loi de Finances rectificative 2020 moyennant un amendement. Le projet est transmis à l'Assemblée nationale pour seconde lecture avant son adoption définitive.

 

Les sénateurs ont adopté hier au Palais de verre d'Anosikely le projet de loi de Finances rectificative au titre de l'année 2020 lors d'une séance plénière. L'adoption s'est faite après des débats houleux lors d'une commission plénière, et qui s'est poursuivie lors d'une séance plénière. La majorité des sénateurs ont finalement adopté le projet tant attendu. Mais cette adoption s'est faite moyennant un seul et unique amendement. Un amendement qui concerne le Sénat uniquement.

Cet amendement a trait à une réinscription budgétaire au compte de la Chambre haute d'une somme de 7 milliards d'ariary. La somme allouée au Sénat est de 23 milliards d'ariary. Mais la somme inscrite dans le projet de LFR est de 16 milliards d'ariary. Les 7 milliards d'ariary de la discorde seraient inscrits dans la rubrique « Provision » au sein du ministère des Finances et du Budget, selon les informations reçues.

Toujours selon les informations recueillies, le budget du Sénat a été ajouté d'une somme de 1 milliard d'ariary dans la rubrique « Soldes et indemnités ». Mais le président du Sénat Rivo Rakotovao se serait opposé à cette somme additionnelle. Il aurait argumenté que le paiement des salaires des sénateurs se terminera au mois de juillet 2020 et que le salaire des agents du Sénat sera soldé au mois de novembre 2020.

L'amendement de la majorité des sénateurs ne concerne donc que des revendications pécuniaires. Revendications qui touchent les membres de la Chambre haute. Cet amendement ne concerne pas la majorité des citoyens, elle concerne uniquement les conditions de travail et conditions de vie des sénateurs. Et pourtant, cet amendement ne sera pas sans conséquence sur l'agenda du Parlement.

Le projet de LFR sera retransmis à l'Assemblée nationale pour seconde lecture. Si les députés adoptent ledit projet sans amendement, c'est-à-dire que les députés acquiescent l'amendement apporté par les sénateurs, le projet de loi sera adopté définitivement après promulgation. La balle appartient donc aux députés. Il est à noter que la fin de cette première session ordinaire du Parlement prendra fin ce vendredi 03 juillet 2020.

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff