Publié dans Politique

Election de Andry Rajoelina - Des félicitations à l'allure de demande de pardon !

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

La victoire d'Andry Rajoelina à l'élection présidentielle n'a pas fait que des heureux. Outre bien entendu le vaincu, Marc Ravalomanana, des collaborateurs ponctuels de ce dernier se trouvent actuellement dans une situation des plus inconfortables. En effet, se croyant tout permis durant la période de propagande électorale, certains ont tenu des propos injurieux et diffamants à l'encontre du…futur Président de la République. Après la proclamation du résultat de l'élection par la HCC, bon nombre de ces personnages à la langue bien pendue se sont empressés d'adresser un message de félicitation à leur ancienne cible et nouveau Chef de l'Etat, lequel message se termine toujours par une demande de pardon déguisée.

« Manger du crabe »
Le plus spectaculaire  -  c'est le cas de le dire  -  de ces flagorneurs éhontés est sans doute le sieur Ny Rado Rafalimanana, un candidat malheureux à l'élection présidentielle et par la suite soutien sur le tard du finaliste Marc Ravalomanana. L'homme, dans une vidéo tournée dans la rue juste avant le dernier meeting du candidat N°25 et publiée sur les réseaux sociaux, déversa son venin sur Andry Rajoelina en l'apostrophant vulgairement tout en l'accusant de tous les maux (mafia, vendeur de terre des ancêtres,…).
A un moment donné, voulant sans doute amuser la galerie, l'individu a déclaré sarcastiquement être sur le point de « manger du crabe », allusion aux partisans du camp Orange. Très critiquée dès sa publication, la vidéo a recommencé à tourné en boucle, suivie de commentaires tantôt acerbes, tantôt ironiques, après que Ny Rado Rafalimanana a publié un message félicitant le nouveau Président malagasy, tout en prônant la fraternité.



Dénigrements débridés
L'autre cas non moins spectaculaire est celui de Rolly Mercia, Harry Laurent Rahajason pour l'état civil. Tout au long de la campagne de propagande, avec son compère Fidèle Razara Pierre, ce journaliste-politicien s'en est donné à cœur joie dans les organes de presse de RLM Communication (presse écrite, radio, télévision…) en se livrant à des dénigrements débridés, frisant la diffamation et à l'allure d'attaque personnelle, en direction de celui qui sera le futur Chef de l'Etat malagasy. A signaler pourtant que le personnage fut ministre de la Communication jusqu'à la fin de la Transition dirigée par le même Andry Rajoelina et a été le coordonnateur du MAPAR pour la Province de Mahajanga.
C'est peu après sa sortie des locaux de la Gendarmerie, où il fait face à une poursuite pour « atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat », que Rolly Mercia a publié sur sa page Facebook son message de félicitation à l'endroit du nouveau Président de la République, non sans justifier ses propos virulents lors de la propagande électorale par une simple divergence dans la vision et la pratique politiques.

Lynchage en règle
Last but not least, il faut citer le cas de Mbola Rajaonah, propriétaire de RLM communication et non moins sponsor financier du candidat Marc Ravalomanana lors de la dernière élection présidentielle. A signaler qu'avant d'atterrir chez le K25, cet opérateur à la réputation douteuse (une procédure à son encontre est pendante auprès du BIANCO) a d'abord commencé à financer le président-candidat Hery Rajaonarimampianina. Après avoir été repoussé par ce dernier, ce transitaire marron devenu milliardaire frappa à la porte du camp Orange d'où il a été éconduit sèchement. C'est finalement Marc Ravalomanana qui, trop heureux de cette manne inattendue, l'a accueilli à bras ouverts. L'on a vu plus haut que c'est tout l'arsenal médiatique du RLM communication, sous la houlette de Rolly Mercia et de Fidèle Razara Pierre, qui s'est attaché à un lynchage en règle et sans discontinuer du candidat n°13 tout au long de la campagne des deux tours. Le tout,  avec la bénédiction du propriétaire, Mbola Rajaonah. C'est dans la foulée de son audition au Toby Ratsimandrava  -  où il a également été entendu pour l'accusation d'« atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat » - que cet homme d'affaires sulfureux rendit public son message de félicitation pour le nouvel homme fort de Madagascar, avant de
mettre l'accent sur la Patrie commune.S'il est vrai que le revirement à 180° semble être devenu ces dernières années un sport national pour nos politiciens, il faut bien reconnaître que les trois spécimens ci-dessus battent tous les records. A entendre en effet leurs propos d'il y a seulement quelques jours, Andry Nirina Rajoelina serait le diable personnifié et son élection signifierait la descente aux enfers pour le pays et sa population. Il n'y a donc rien qui puisse expliquer ce brusque changement de langage, si ce n'est des dessous perfides. Pour Mbola Rajaonah au moins, l'intention est claire : se mettre sous un nouveau « bouclier étatique » pour, à tout le moins, protéger son empire et éviter d'être poursuivi pour ses magouilles passées, et pourquoi pas, continuer à les perpétrer.
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff