Publié dans Politique

Suspicions de détournement - Deux anciens ministres auditionnés au BIANCO

Publié le vendredi, 08 mars 2019

Lanto Rasoloelison et Ulrich Andriantiana. Ces deux anciens ministres ont été auditionnés par les enquêteurs du BIANCO hier. L’enquête qui est encore à ses débuts concerne des affaires au sein du FER (Fonds d’entretien routier). Les bruits d’informations mentionnent un soi-disant détournement de deniers publics  ainsi que le non-respect de procédure en déblocage de fonds. A noter que le FER, dont les ressources viennent des taxes sur les produits pétroliers entre autres, gère des milliards d’ariary conçus à la construction ou à la réhabilitation des routes. A voir de très près les états des routes tant dans la Capitale que sur les nationales, plus d’un s’interroge sur l’utilisation de l’argent collecté par ce Fonds.

Des interrogations qui emmènent certains à conclure que les fonds ne seraient pas utilisés à bon escient par les responsables dont les têtes dirigeantes ne sont autres que ces ministres enquêtés par le BIANCO. De là à déduire, pourtant, à la culpabilité de Lanto Rasoloelison et Ulrich Andriantiana, c’est  un pas que des observateurs n’osent pas encore effectuer. Il faudrait en effet attendre l’issue des enquêtes des autorités avant de conclure quoi que ce soit. Il est certain que dans un futur proche, les dossiers concernant cette affaire atterriront sur la table des juges du Pôle anticorruption (PAC)à l’instar de ceux de l’ancien Premier ministre et également ministre de la Décentralisation, Mahafaly Solonandrasana, épinglé dans les dossiers de subvention exceptionnelle et marchés fictifs. Avant eux, un autre ministre de l’ancien régime est lui aussi passé à l’étape du BIANCO et celle du PAC en l’occurrence Anthelme Ramparany. Pour celui-ci, l’enquête s’est axée sur l’affaire des bois de rose saisis à Singapour dans lequel son nom est cité pour avoir avalisé l’authenticité des dossiers d’expédition de ces marchandises interdites à l’exportation. A l’issue du déferrement du dossier devant le PAC, la secrétaire particulière du ministre a été placée en détention préventive à Antanimora contrairement à son supérieur qui hume encore l’air libre en attendant son procès à la Haute Cour de justice (HCJ) qui a déjà entre ses mains le dossier.

C’est certain que les affaires concernant Lanto Rasoloelison et Ulrich Andriantiana suivront aussi le même chemin.

La Rédaction

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff