Publié dans Politique

Crash d’un Boeing d’Ethiopian Airlines - Psychose à Madagascar

Publié le lundi, 11 mars 2019

Dimanche dans la matinée, un Boeing 737 Max 8 de la Compagnie Ethiopian Airlines s’écrase à Addis-Abeba, à peine 6 minutes après avoir décollé, tuant ses 157 occupants. Quelques heures plus tard, l’après-midi du même jour, un appareil de la même marque, du même type et appartenant à la même Compagnie aérienne a encore décollé de l’aéroport international d’Ivato à destination d’Addis-Abeba, visiblement sans que les passagers aient eu le temps d’apprendre le drame qui s’est joué quelques heures plus tôt.

Il faut savoir que Ethiopian Airlines possède 6 Boeing 737 Max 8 dans sa flotte et, selon certaines informations, quatre de ces appareils avaient desservi la Grande île régulièrement, dont celui qui s’est écrasé dimanche dernier peu après son décollage de l’aéroport d’Addis-Abeba.  On imagine aisément la psychose qui se serait emparée des passagers de l’appareil de la Compagnie éthiopienne qui a décollé d’Ivato dimanche dernier, s’ils étaient au courant qu’ils allaient embarquer et effectuer cinq heures de vol dans exactement le même type d’avion que celui qui vient juste de faire un crash à quelques milliers de kilomètres de là.    

Pour information, c’est hier lundi que, à l’instar de la Royal Air Maroc ainsi que les compagnies chinoises et indonésiennes, Ethiopian Airlines a pris la décision d’immobiliser ses 5 Boeings 737 Max 8 restants et ce, « jusqu’à nouvel ordre ». Cette précaution va-t-elle rassurer un tant soit peu les clients à Madagascar de la Compagnie éthiopienne ?

La Rédaction

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff