Publié dans Politique

Parc industriel à Moramanga - « Je ne reculerai pas pour l’intérêt de la Nation », dixit Andry Rajoelina

Publié le vendredi, 15 mars 2019

Sans détour. Hier, à  l’aéroport international d’Ivato, Andry Nirina  Rajoelina, Président de la République a de nouveau répondu à la polémique naissante suite à son annonce depuis Maurice de l’implantation d’un site industriel à Moramanga, dont  80Ha seraient réservés aux entreprises textiles mauriciennes.  Malgré les critiques, il a affirmé son intention de ne pas reculer et ce pour l’intérêt général. « Je suis étonné d’entendre certaines personnes m’accuser de vendre la terre de nos ancêtres. Il faut clarifier une chose : Madagascar n’est pas à vendre. La terre de nos ancêtres n’est pas à vendre.  Toutefois, je ne resterai pas sans rien faire et regarder uniquement les richesses entre nos mains », a indiqué le Chef de l’Etat, au cours d’un point de presse à sa descente d’avion.  A Maurice, au cours d’une visite d’Etat, et lors de la signature des protocoles d’accords entre Madagascar et Maurice, le numéro Un malgache   avait annoncé qu’un site industriel de 600Ha sera implanté à Moramanga. Depuis Nairobi, où il avait assisté au « One planet summit » et à l’Assemblée générale des Nations Unies sur l’environnement, le Chef de l’Etat avait déjà réagi une première fois, affirmant qu’il était hors de question de vendre nos terres aux étrangers. Cette fois-ci, le Président de la République donne plus de clarifications sur le projet et se défend contre toute accusation de vente de terres des ancêtres.  Le Président Andry Rajoelina de préciser d’emblée que la mise en place de ce parc industriel cadre avec ses engagements de campagne concernant la création d’emplois et l’industrialisation du pays. Le projet vise ainsi à créer des emplois par milliers, à attirer les investisseurs étrangers et locaux.

Le parc industriel, d’une superficie avoisinant les 600 à 800Ha sera dédié aux zones textiles telles que les zones franches.  Le projet de construction d’un barrage hydraulique à Sahofika est en cours, ce qui permettra, à terme, de diminuer de dix centimes de dollars le prix du kilowatt heure à Moramanga et Antananarivo. Le terrain sur lequel va s’implanter le parc industriel appartient à l’Etat. Il ne sera ni vendu, ni donné. Nous regarderons en premier lieu l’intérêt du pays, de la population et des jeunes sans emploi. Les industries, gérées aussi bien par des citoyens malgaches ou des étrangers compétents, seront créés dans ce parc industriel. La Banque africaine de développement apportera sa contribution dans la viabilisation du projet.   « Les mentalités doivent changer. Nous avons encore trop tendance à tirer vers le bas ceux qui avancent. S’il s’agit de l’intérêt du pays, de la population et des jeunes malagasy, rien ne me fera reculer. Je ferai les efforts nécessaires pour que  chaque malagasy ait un emploi », a fait savoir le Chef de l’Etat.
 Recueillis par  L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Visite du Président Rajoelina à Toamasina - L’excès de zèle du préfet fait jaser !
  • Nécrologie - Manandafy, le bouillant politicien n’est plus
  • Parc industriel à Moramanga - « Je ne reculerai pas pour l’intérêt de la Nation », dixit Andry Rajoelina
  • Troisième Arrondissement - Anyah brigue un second mandat de député
  • Jardin d’Antaninarenina - Vendu à des fantômes !
  • Gouvernement - Ntsay Christian Deux ministres obligés de démissionner
  • Crash d’un Boeing d’Ethiopian Airlines - Psychose à Madagascar
  • Ile Maurice - Visite diplomatique et économique du Président Andry Rajoelina
  • Jaovita Hortense Florette - « Sans la débrouillardise féminine, la population malagasy n’aurait pu vivre normalement »
  • Suspicions de détournement - Deux anciens ministres auditionnés au BIANCO

La Une

Editorial

  • Assainissement et non règlements de comptes !
    La traque des auteurs de magouilles continue et s’intensifie même. Les interceptions s’amplifient et ne font aucune distinction ni un « deux poids, deux mesures ». Tous les anciens dignitaires ayant commis des malversations (conseillers spéciaux, ministres, Dg ou autres, des opérateurs économiques, ...) passent à la trappe. Les mesures de rétorsion contre toutes les formes d’exaction portant atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation sont diversement appréciées auprès de l’opinion et de certaine classe politique. Pour les « ennemis » du régime, en place, il ne s’agit ni moins ni plus que de vilains actes de règlements de comptes. Les principales cibles étant, pensent-ils, les anciens dignitaires du pays. Selon les commentaires véhiculés à travers certains quotidiens de la place et par réseaux sociaux interposés, la nouvelle équipe dirigée par Andry Rajoelina  s’acharne, sans ménagement, contre les membres influents de l’ancienne équipe au pouvoir, et cela, pour leur rendre la monnaie de la…

A bout portant

AutoDiff