Publié dans Politique

Déplacements à l’île Maurice et au Sénégal - Les dépenses prises en charge par les pays hôtes

Publié le mardi, 09 avril 2019

Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, ministre de la Communication et de la Culture, porte-parole du Gouvernement, au cours d’une conférence de presse à Nanisana, hier à la mi-journée, a donné des précisions sur la visite d’Etat du Président de la République Andry Rajoelina à Dakar Sénégal en particulier et sur les 4 déplacements du Chef de l’Etat depuis son accession à la magistrature suprême en général. Une manière pour la porte-parole du Gouvernement de répondre au faux débat véhiculé par les détracteurs du numéro Un d’Iavoloha qui critiquent notamment des voyages inutiles aux frais du contribuable. Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo de préciser d’emblée que les déplacements du Président de la République et de sa suite au Sénégal et à l’île Maurice ont été pris en charge par le pays hôte en tant que visite d’Etat.  Et elle de rappeler en effet que ces séjours en terre étrangère découlaient d’invitation officielle. En ce qui concerne le déplacement du Chef de l’Etat et sa délégation en Ethiopie, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo estime qu’il était inévitable de se rendre au Sommet de l’Union Africaine. De même pour le déplacement au Kenya. Et ce en tant que Chef de l’Etat.


En tout cas, dans les deux cas, des instructions ont été données par le Président Rajoelina pour que tout déplacement soit systématiquement rentabilisé. Une manière de se démarquer des anciennes pratiques.  Plusieurs rencontres entre le Chef de l’Etat malagasy et les partenaires techniques et financiers, tels que la BAD et la Banque mondiale, ont ainsi eu lieu en marge du Sommet d’Addis Abeba, évitant ainsi au Chef de l’Etat de futurs déplacements coûteux. Des négociations qui ont porté leur fruit pour ne parler que du financement de la dotation en lampe solaire de 800 000 foyers, précise la ministre. Le déplacement à Maurice a permis d’établir des partenariats avec des investisseurs mauriciens notamment en matière de textile avec la mise en place d’une zone industrielle. De nombreux accords de partenariats ont été signés sur l’île sœur. Au Sénégal, plusieurs rencontres ont eu lieu avec les partenaires sénégalais et internationaux. Des rencontres avec des opérateurs au cours desquelles les deux parties ont échangé sur des domaines telles que la construction de nouvelles villes, la construction d’infrastructures routières. Au Kenya, il a été question de reforestation, un domaine qui cadre avec la Politique générale de l’Etat prônée par le Chef de l’Etat malagasy. « Il n’y a eu aucun déplacement du Chef de l’Etat où l’argent du contribuable a été gaspillé », précise ainsi Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo. « Des résultats ont été enregistrés à chaque déplacement ». La porte-parole du Gouvernement insiste par ailleurs sur la transparence entourant les séjours à l’extérieur du Président Rajoelina. « Tout est transparent sur les déplacements du Président de la République », renchérit-elle, avant de rajouter : « Comparaison n’est pas raison mais auparavant nous avions des délégations massives qui partent et qui reviennent, sans communication autour du déplacement (…) Les déplacements aux contours inconnus, des déplacements où on ignore quelles rencontres ont eu lieu, quelles discussions et quelles décisions ont été prises, des retours en catimini, cela n’a jamais eu lieu sous l’actuel régime qui fait un point d’honneur à toujours effectuer des rapports sur les décisions prises  », conclut-elle.

Recueillis par L.R.

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff