Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Traite de personnes - Des sanctions sévères envers les auteurs

Publié le jeudi, 11 avril 2019

Après le rapatriement, les condamnations. Les auteurs, directement ou indirectement impliqués dans les affaires de traite de personnes, seront sévèrement punis. Ceux  derrière l'envoi clandestin des femmes malagasy au Koweït, récemment rapatriées sur l'initiative du Président de la République, en  sont concernés. « Ceux qui sont responsables du calvaire de ces femmes seront sanctionnés. Ils s'assureront entre autres du remboursement des salaires impayés ainsi que toutes les dépenses liées à la prise en charge de ces victimes de maltraitances », selon le communiqué du Conseil des ministres en date du 10 avril dernier. En fait, la loi malagasy en vigueur punit le trafic d'être humain sous toutes ses formes.

L'envoi des travailleurs malagasy dans les pays à risque, notamment Koweït, Arabie Saoudite, Jordanie, Liban, etc. a été suspendu depuis 2013. Pourtant, des agences de placement ont enchaîné l'envoi clandestin, avec des « complices d'en haut lieu ». L'envoi des travailleurs malagasy dans les pays ne respectant pas les droits de l'homme, où les femmes subissent fréquemment des violences, reste suspendu. Il en est de même pour ceux n'ayant aucun Consulat malagasy. Outre la poursuite des auteurs et leurs complices, les contrôles au niveau des lignes aériennes desservant ces pays seront renforcés. D'un autre côté, une ligne téléphonique spéciale pour communiquer directement avec les responsables ou encore pour dénoncer les cas de corruption sera opérationnelle. Divers ministères vont également assurer les sensibilisations axées sur la lutte contre les violences faites aux femmes migrantes, afin qu'elles puissent mieux se protéger.

Pour sa part, le Secrétaire général du syndicat « SEKRIMA » interpelle les autorités compétentes à déterminer une issue, à part la suspension de l'envoi des travailleurs migrants à l'étranger. « La mise en place de Consulat honoraire dans les pays où des Malagasy travaillent fait partie des solutions à ce problème. La régularisation des agences de placement, actuellement considérées comme complices dans la traite de personnes, en constitue aussi une », avance Rémi Botodia, Secrétaire général du syndicat « SEKRIMA ». La validation des accords bilatéraux de travail (ABT) avec les pays du Golfe a été une étape franchie, tout comme les lois y afférentes prévues sortir en 2020. En attendant, le syndicat félicite les mesures concrètes déjà adoptées.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff