Publié dans Politique

Traite de personnes - Des sanctions sévères envers les auteurs

Publié le jeudi, 11 avril 2019

Après le rapatriement, les condamnations. Les auteurs, directement ou indirectement impliqués dans les affaires de traite de personnes, seront sévèrement punis. Ceux  derrière l'envoi clandestin des femmes malagasy au Koweït, récemment rapatriées sur l'initiative du Président de la République, en  sont concernés. « Ceux qui sont responsables du calvaire de ces femmes seront sanctionnés. Ils s'assureront entre autres du remboursement des salaires impayés ainsi que toutes les dépenses liées à la prise en charge de ces victimes de maltraitances », selon le communiqué du Conseil des ministres en date du 10 avril dernier. En fait, la loi malagasy en vigueur punit le trafic d'être humain sous toutes ses formes.

L'envoi des travailleurs malagasy dans les pays à risque, notamment Koweït, Arabie Saoudite, Jordanie, Liban, etc. a été suspendu depuis 2013. Pourtant, des agences de placement ont enchaîné l'envoi clandestin, avec des « complices d'en haut lieu ». L'envoi des travailleurs malagasy dans les pays ne respectant pas les droits de l'homme, où les femmes subissent fréquemment des violences, reste suspendu. Il en est de même pour ceux n'ayant aucun Consulat malagasy. Outre la poursuite des auteurs et leurs complices, les contrôles au niveau des lignes aériennes desservant ces pays seront renforcés. D'un autre côté, une ligne téléphonique spéciale pour communiquer directement avec les responsables ou encore pour dénoncer les cas de corruption sera opérationnelle. Divers ministères vont également assurer les sensibilisations axées sur la lutte contre les violences faites aux femmes migrantes, afin qu'elles puissent mieux se protéger.

Pour sa part, le Secrétaire général du syndicat « SEKRIMA » interpelle les autorités compétentes à déterminer une issue, à part la suspension de l'envoi des travailleurs migrants à l'étranger. « La mise en place de Consulat honoraire dans les pays où des Malagasy travaillent fait partie des solutions à ce problème. La régularisation des agences de placement, actuellement considérées comme complices dans la traite de personnes, en constitue aussi une », avance Rémi Botodia, Secrétaire général du syndicat « SEKRIMA ». La validation des accords bilatéraux de travail (ABT) avec les pays du Golfe a été une étape franchie, tout comme les lois y afférentes prévues sortir en 2020. En attendant, le syndicat félicite les mesures concrètes déjà adoptées.

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff