Publié dans Politique

Réhabilitation de Notre-Dame de Paris - Un élan de solidarité à copier !

Publié le mercredi, 17 avril 2019

Dès le lendemain de l’incendie de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, un élan de solidarité en vue de sa réhabilitation s’est manifesté. Parisiens, Marseillais, Bretons ou autres se sont levés comme un seul homme et ont parlé d’une même voix, celle de la reconstruction de ce monument historique, fierté de la France et non seulement de la capitale française. Un des endroits les plus visités de l’hexagone,  Notre-Dame de Paris est considérée comme un patrimoine et un symbole de la France. Le tout au-delà des richesses qu’elle renferme. Il n’est pas étonnant ainsi que la Cathédrale a dépassé les frontières religieuses qui pourraient freiner cette unanimité quant à sa réhabilitation. Seul bémol, les fausses notes de certains politiciens qui, en manque d’audience ou d’idée, épient les moindres gestes des tenants du pouvoir pour les critiquer.   48 heures après l’incendie, les dons ou promesses  dépassent allégrement les 500 millions d’euros. Hier, cette somme avoisine les 800 millions d’euros et venant des entités publiques, organismes publics à l’instar de la Fondation du patrimoine, des entreprises financières et des grandes sociétés familiales ou privées.

C’est d’ailleurs cette dernière catégorie qui avait ouvert le bal des donations alors que le feu prenait encore le dessus sur les sapeurs-pompiers de Paris. Le feu maîtrisé et complétement éteint, dans la matinée de mardi, quelque 300 millions d’euros se trouvaient déjà dans la cagnotte pour la reconstruction de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Un élan de solidarité qui fait pâlir d’envie certains dont certainement les Malagasy. Eux qui pendant 25 ans regardaient leur Rova trônait majestueusement sur la colline d’Antananarivo mais dépourvu de ses habits. Ce monument symbolisant la transformation  de Madagascar en un état unique et souverain. C’était de ce Rova, n’en déplaise à certains, qui n’appartient pas ou plutôt plus  à une caste ni à une ethnie mais au peuple malagasy, que la défaite de Madagascar et ses 18 ethnies  face à la France était matérialisée par la levée du drapeau blanc. C’était le début de la colonisation. 25 ans après l’incendie, les dirigeants actuels lancent le défi de le reconstruire y compris le palais de Manjakamiadana appelé communément Palais de la Reine. Un défi titanesque, vu la capacité financière de l’Etat, à réaliser avant le 26 juin 2020. Comparé à l’engouement des français à reconstruire leur monument,  celui des malagasy dont les résidents étrangers (zanatany) à se donner les mains pour le Rova soulève l’indignation. « Il fut un temps où les dirigeants ont lancé la cagnotte pour la reconstruction mais c’était une initiative sans lendemain. D’autant plus que les mauvaises langues disaient que l’initiateur même n’a pas pris la peine d’apporter sa contribution », mentionne une Dame qui selon ses dires avait versé 100.000 Ar dans cette cagnotte. Aujourd’hui ce n’est plus pareil. La famille Andry Rajoelina a donné l’exemple en prenant entièrement en charge la reconstruction du  Palais Besakana, un des monuments composant le Rovan’Antananarivo. Plus d’un espère qu’à l’image de cette solidarité des français, d’autres entreprises citoyennes de la Grande île emboîtent le pas à la famille présidentielle en incombant à leur charge la reconstruction de certains palais se trouvant dans le Rova. Citons, entre autres le Tranovola de Radama et le Manampisoa de Rasoherina. Un palais, une entreprise,  ce n’est pas une mauvaise idée et certainement pas  la mer à boire si et seulement si, tout de même que la volonté de copier cet élan de solidarité des français existe….
La Rédaction

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff