Publié dans Politique

Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber

Publié le vendredi, 19 avril 2019

Un nouveau concours d'entrée à l'Ecole nationale de la magistrature et des greffes(ENMG) devrait avoir lieu cette année. Le ministre de la Justice s'est voulu rassurant. Toutefois, des mesures au préalable restent nécessaires avant de procéder effectivement au concours. « Nous nous efforçons de procéder à un assainissement total au sein de l'ENMG. Au jour d'aujourd'hui, nous suspectons encore certains responsables au sein de l'Ecole d'être impliqués dans le scandale qui a entouré le concours annulé », a indiqué le Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Jacques Randrianasolo hier.

C'était au cours d'une interview en marge de la sortie de promotion des magistrats baptisée « Andrarangy » de l'ENMG, au Centre de conférence international Ivato hier. Une manière sans doute pour le ministre de la Justice d'annoncer déjà que des têtes risquent de tomber au sein de l'ENMG.  Outre cet assainissement, la dématérialisation du concours fait partie des mesures prises par le ministère.  

« Notre objectif est que les jeunes Malagasy les plus intelligents soient effectivement recrutés. La magistrature est un corps d'élite. Ceux qui sont reçus au concours doivent être les plus intelligents et non parce qu'ils connaissent un tel ou parce qu'ils sont fortunés », indique l'ancien Procureur général près la Cour d'Appel d'Antananarivo. Le numéro Un de Faravohitra informe, par ailleurs, que le nouveau Directeur général de l'ENMG a été nommé lors du dernier Conseil des ministres. Les affichages relatifs au prochain concours d'entrée à l'ENMG seront publiés une fois que tout sera ok.

Pour rappel, le précédent ministre de la Justice avait suspendu le concours, au mois de novembre 2018, à cause de certains dysfonctionnements pouvant entacher la propreté du dernier concours. « Nos propres enquêtes ont également abouti à des constats de dysfonctionnements », a rajouté le ministre de la Justice. Cette décision d'annulation avait été précédée d'une suspension dès la session d'admissibilité, suite à des relents de corruption lors des épreuves de préselection. Suite à des doléances posées suite à cette affaire, le BIANCO avait alors ouvert une enquête. Des mesures conservatoires telles que la mise sous scellés de l'ENMG et des documents du concours ont été prises. Ces documents  étaient censés servir d'éléments de preuve pour la commission de plusieurs faits de corruption mettant en cause la ministre de la Justice ainsi qu'un directeur de l'Ecole, au moment des faits. Quelques jours plus tard, le scellé posé par le BIANCO avait été levé et les copies sous scellées avaient été incinérées. Consécutivement aux événements ayant débouché sur l'incendie des dossiers de concours ENMG de 2018, le BIANCO a été saisi d'une doléance  rapportant  des faits suspectés  d'entrave  au  bon déroulement d'une enquête judiciaire  et de bris de scellés ainsi que de destruction de pièces de procédure. En mars de cette année, l'affaire avait été transmise au niveau du Pôle anti-corruption. Trois personnes dont le ministre de la Justice au moment des faits sont soupçonnées d'implication dans cette affaire. Etant donné son statut, la ministre de la Justice de l'époque n'est responsable « des crimes ou délits », liés à l'exercice de sa fonction au moment des faits, que devant la Haute Cour de justice. Magistrat de carrière, un directeur soupçonné d'implication dans cette affaire, a également échappé au déferrement devant le PAC car une procédure particulière est nécessaire. Seul le surveillant général de l'Ecole avait été placé sous contrôle judiciaire.

La Rédaction

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff