Publié dans Politique

Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée

Publié le lundi, 22 avril 2019

Coup de tonnerre dans le District d’Isandra, samedi dernier. Une ex-députée de ce district et en course pour sa propre succession aux législatives du 27 mai prochain a été arrêtée par la Gendarmerie en pleine pré-campagne électorale.  Suite à un contrôle de routine, les gendarmes ont aperçu que les deux hommes accompagnant dans sa voiture l’ex-députée, ce jour-là, étaient armés. Interrogés par les Forces de l’ordre, ces gardes du corps de la dame en question répondaient que les armes ne leur appartiennent pas mais à leur « protégée ». Or, cette dernière n’a pu fournir l’autorisation de port et détention desdites armes en possession de ses bodyguard, des anciens militaires, en l’occurrence un revolver et un fusil à pompe.Face à l’absence des papiers relatifs à ces armes à feu, les trois personnes ont été de suite emmenées par la Gendarmerie pour être placées et gardées à vue dans un de ses locaux dans la ville de Fianarantsoa. Son audition terminée, la candidate aux prochaines élections législatives a été relâchée, contrairement à ses « ex-militaires » toujours en garde à vue.

De forte suspicion de trafic d’armes à l’endroit de l’ex –députée, l’équipe de la Gendarmerie ne la croit pas, du moins au stade actuel de l’enquête. Pour l’instant, elle veut avoir des explications concernant les armes détenues par des gens qui ne possèdent pas les autorisations nécessaires à leur détention. D’autant plus qu’avec l’insécurité régnante dans cette partie de l’île, les Forces de l’ordre ne badinent pas avec la non-présentation ou l’absence de cette autorisation.
Cette ex-députée avait fait des vagues l’année dernière par la publication, sur les réseaux sociaux, de ses photos intimes qui se trouvaient, selon son explication, dans le téléphone portable égaré de son mari en France.
La Rédaction

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff