Publié dans Politique

Affaire Claudine Razaimamonjy - Des anciens ministres récemment impliqués

Publié le vendredi, 03 mai 2019

Alors qu'on croyait les dossiers dans l'affaire Claudine Razaimamonjy tous traités, de sources informées, l'on apprend que les enquêtes se sont poursuivies. Pas plus tard qu'hier, un autre nouveau dossier concernant cette proche de l'ancien couple présidentiel Rajaonarimampianina, a été transmis par le Bureau Indépendant anti-corruption ( BIANCO) au Pôle Anti-corruption (PAC). Cette fois-ci, la Dame est soupçonnée d'implication dans une affaire de détournement de fonds publics et de favoritisme dans le cadre des marchés de travaux de réhabilitation des infrastructures scolaires dans la Région Haute Matsiatra en 2015 et 2016. Suite à plusieurs doléances, l'organe anti-corruption d'Ambohibao a ouvert des enquêtes.   Selon les informations obtenues, des paiements occultes, extrabudgétaires et illégaux auraient été faits par le ministère des Finances de l'époque au profit des fournisseurs et entreprises prête-noms de l'opératrice économique propriétaire de l'A&C Hotel d'Ivato qui croupie encore en prison en attendant les sorts réservés à ses multiples affaires en cours au niveau de la justice.

Prête-noms qui, par ailleurs, ont toutes été récemment débusqués par le BIANCO après plusieurs années de cavale. Les enquêtes effectuées par les investigateurs de la branche territoriale d'Antananarivo du BIANCO ont pu mettre en exergue et confirmer l'implication de 15 personnes dans ce dossier dont des hauts responsables auprès du ministère des Finances et du Budget, de celui de l'Education nationale, tous les membres de la commission d'appel d'offres, Claudine Razaimamonjy et ses deux prête-noms dans la réalisation de ces infractions de favoritisme et de détournement de deniers publics. Le dossier a été transmis au Pôle Anti-Corruption et à la Haute Cour de justice  ( HCJ), hier, par le BIANCO. La transmission du dossier au niveau de la HCJ laisse penser qu'un ou des ministres seraient donc concernés par le dossier. La Constitution dispose en effet que les membres du Gouvernement ne sont responsables des crimes ou délits liés à l'exercice de sa fonction au moment des faits, que devant la Haute Cour de justice. D'après les informations, le préjudice de l'Etat dans ce dossier a été estimé à plus de 18 milliards ariary. Les marchés publics visés par ces malversations concernent plusieurs dizaines de lycée, de collège d'enseignement général (CEG) et d'école publique primaire (EPP).
 La Rédaction

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff