Publié dans Politique

Campagne des législatives - Des candidats se ridiculisent

Publié le lundi, 13 mai 2019

C’est un véritable spectacle désolant ! Certains préfèrent en rire, mais la vérité fait pleurer. Les élections législatives se dérouleront dans deux semaines.  Les électeurs malagasy devront choisir leurs représentants à l’Assemblée nationale pour les cinq années à venir. Actuellement, les candidats sillonnent le pays cherchant à gagner la confiance des électeurs. Certains candidats se sont particulièrement distingués médiatiquement. Et plutôt en mal qu’en bien. Devant l’absence totale de répondant de la part des citoyens, des candidats aux élections législatives du 27 mai se ridiculisent pour attirer l’attention. Ça part dans tous les sens. Il y a d’abord ce candidat qui, pour se faire pardonner d’avoir délaissé sa ville natale durant les cinq dernières années, s’est mis à laver les pieds des personnes âgées présentes lors de son meeting, à l’image de Jésus Christ, qui selon la Bible, s’était mis à laver les pieds de ses disciples, avant la fête de Pâques. Une autre candidate à sa réélection a pris comme slogan de campagne : « Hafa ihany i Neny ».

Un slogan qui prête à rire certains observateurs étant donné le passif de la personne. Il faut dire que parmi les descendantes d’Eve au sein de la dernière législature, celle-ci est sans aucun doute celle qui a le plus fait parler d’elle… Un autre candidat s’est pavané à travers toute une ville sur une charrette. D’autres prétendants à Tsimbazaza tapissent leurs affiches de campagne de la couleur d’une coalition politique qui n’est même pas la leur, pour tenter d’obtenir les voix de cette dernière. Les faits de ces candidats à la députation sont massivement diffusés sur les réseaux sociaux. Des publications qui suscitent la risée générale. Les agissements de ces personnalités jettent un discrédit sur le scrutin. Ils participent au nivellement des valeurs vers le bas, selon les commentaires. Pour beaucoup, ces prétendants à un siège de député font sombrer la scène politique malagasy dans une aussi malheureuse décadence intellectuelle.
 La Rédaction

Fil infos

  • Fonds Alana Cutland - Les villageois d’Anjajavy bénéficiaires
  • Session ordinaire du Parlement - Trois dossiers chauds sur la table
  • Naina Andriantsitohaina - A l’écoute des personnes âgées d’Antananarivo
  • Réhabilitation de la RN44 - Andry Rajoelina tient ses promesses !
  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général

Editorial

  • Divagations
    Quelles sales petites bêtes auraient-elles piqué la respectable Société civile de la place pour qu’elle divague de la sorte ? Des communiqués quelque peu déraillés ! Des commentaires apparemment désaxés !  Des analyses parfois à côté de la plaque ! Bref, en proie aux effets délétères du « délirium trémens » certains acteurs de la Société civile du pays délirent en s’aventurant à des sujets qui leur échappent. Leurs sorties médiatiques de ces derniers temps défraient les chroniques. Le Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainampirenena (SeFaFi), l’Observatoire de la vie politique nationale, n’a pas fait de détail et tire à boulets rouges dans le tas à l’endroit de deux importants corps d’activités à savoir les enseignants-chercheurs d’université et les professionnels du média. L’Observatoire fustige la culture du privilège dont sont coupables ces deux secteurs de métiers. A part la faute collective, chaque corps a eu son « lot » propre. La bande à Andriamandranto Ralison, dans des propos virulents, dénonce…

A bout portant

AutoDiff