Publié dans Politique

Campagne des législatives - Des candidats se ridiculisent

Publié le lundi, 13 mai 2019

C’est un véritable spectacle désolant ! Certains préfèrent en rire, mais la vérité fait pleurer. Les élections législatives se dérouleront dans deux semaines.  Les électeurs malagasy devront choisir leurs représentants à l’Assemblée nationale pour les cinq années à venir. Actuellement, les candidats sillonnent le pays cherchant à gagner la confiance des électeurs. Certains candidats se sont particulièrement distingués médiatiquement. Et plutôt en mal qu’en bien. Devant l’absence totale de répondant de la part des citoyens, des candidats aux élections législatives du 27 mai se ridiculisent pour attirer l’attention. Ça part dans tous les sens. Il y a d’abord ce candidat qui, pour se faire pardonner d’avoir délaissé sa ville natale durant les cinq dernières années, s’est mis à laver les pieds des personnes âgées présentes lors de son meeting, à l’image de Jésus Christ, qui selon la Bible, s’était mis à laver les pieds de ses disciples, avant la fête de Pâques. Une autre candidate à sa réélection a pris comme slogan de campagne : « Hafa ihany i Neny ».

Un slogan qui prête à rire certains observateurs étant donné le passif de la personne. Il faut dire que parmi les descendantes d’Eve au sein de la dernière législature, celle-ci est sans aucun doute celle qui a le plus fait parler d’elle… Un autre candidat s’est pavané à travers toute une ville sur une charrette. D’autres prétendants à Tsimbazaza tapissent leurs affiches de campagne de la couleur d’une coalition politique qui n’est même pas la leur, pour tenter d’obtenir les voix de cette dernière. Les faits de ces candidats à la députation sont massivement diffusés sur les réseaux sociaux. Des publications qui suscitent la risée générale. Les agissements de ces personnalités jettent un discrédit sur le scrutin. Ils participent au nivellement des valeurs vers le bas, selon les commentaires. Pour beaucoup, ces prétendants à un siège de député font sombrer la scène politique malagasy dans une aussi malheureuse décadence intellectuelle.
 La Rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff