Publié dans Politique

« Fihariana » - Trois projets financés 

Publié le lundi, 20 mai 2019

Appui financier. Dans la création d’entreprises, le financement est toujours un problème majeur. Afin d’y remédier, l’Etat, en collaboration avec des partenaires comme la SONAPAR (Société nationale de participation), ont donc mis en place le programme « Fihariana », le projet national pour le développement de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Ce programme a débuté officiellement avant-hier, en octroyant des subventions à trois projets. La première subvention d’un montant de 19 672 800 ariary est attribuée à Mialitia Faniriantsoa Razafindralambo, porteur du projet « Kifeko » lequel se concentre surtout sur la production et la transformation de produits laitiers. Le second projet, baptisé « Karepoka » et créé par Mitia Hairanto Rafieferana, a quant à lui obtenu un financement de 18 728 000 ariary. Ce projet consiste à produire des chips « Vita Malagasy » sans additifs chimiques et à base de manioc. Quant au dernier projet « Avi Green », son porteur Anissa Soardirdine a reçu 15 000 000 d’ariary pour étendre sa production de pavés autobloquants fabriqués à base de déchets plastiques. « Ces subventions seront tout de suite attribuées à l’achat de matériels et à l’extension des activités de l’entreprise », notifie un responsable du programme.


Pour précision, ces projets sont les lauréats du concours « Fihariana Contest », organisé en septembre dernier par le Président Andry Rajoelina. Et aujourd’hui, cette compétition est devenue l’actuel programme national dédié à l’entrepreneuriat. Les objectifs principaux consistent à mettre au service du développement la potentialité et le savoir-faire des jeunes, ainsi que la valorisation de la création d’emplois. Tout comme l’a souvent répété le Président de la République : « nous avons toujours habitué nos jeunes à trouver un emploi. Désormais, nous allons changer cette habitude. Et nous ferons en sorte qu’ils en créent en appuyant leur initiative ». Ces trois projets ouvrent ainsi la porte aux différentes idées innovantes et aux entrepreneurs en quête d’appui pour élargir leurs horizons.
« Au tout début, une entreprise doit passer par plusieurs épreuves. Mais rappelez-vous que les grandes entreprises d’aujourd’hui sont aussi passées par là avant d’arriver au stade où elles en sont maintenant. Nous avons la chance de bénéficier de l’appui de l’Etat. Donc, vous devez travailler dur et ayez confiance en votre projet », a soutenu Vazosoa Rakotondrabary lors de la prise de parole au nom des lauréats de
« Fihariana Contest », à l’occasion du lancement officiel du programme afin d’encourager les milliers de jeunes présents. De ce fait, tous les jeunes entrepreneurs peuvent d’ores et déjà déposer leur dossier auprès des Chambres de commerce et d’industrie pour obtenir eux aussi un financement.
Rova Randria

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff