Publié dans Politique

Ministère des Télécommunications - Détournements « Bevata » de Maharante et consorts

Publié le vendredi, 07 juin 2019

Des milliards d'ariary en quelques mois. C'est le montant supposé détourné par l'ancien ministre des Postes, Télécommunication et du Développement numérique (MPTDN), Maharante Jean de la Croix et consorts durant leur bref passage dans ce département. Jeté à la porte par les employés du ministère de la Fonction publique, Maharante a été casé par le Président Rajaonarimampianina et le Pm Mahafaly Solonandrasana à la tête du MPTDN et ce en dépit du refus du personnel. Celui-ci était contre la nomination de ce ministre pas comme les autres à la tête du département en faisant bloc pour empêcher la passation de service entre Maharante et son prédécesseur. Et fait inédit dans l'histoire de la République malagasy, elle s'est déroulée dans la nuit loin des yeux des employés et des caméras des journalistes. Bien que l'entrée de Maharante au sein du ministre soit faite en douce, sa sortie par contre était fracassante en se référant à ce détournement.

 

En effet, l'inspection effectuée après le départ de ce député, qui n'a pas hésité à poignarder dans le dos Andry Rajoelina et le Mapar afin de devenir ministre, a permis de découvrir que lui et ses sbires ont détourné en peu de mois à la tête du MPTDN, plus de 5 milliards d'ariary. « Nous avons mille fois raison de ne pas avoir accepté la nomination d'un tel personnage  comme ministre. Mais le régime précédent en perte de crédibilité dans le sud du pays espérait y remonter sa cote de popularité en choisissant ce natif de l'Androy qui finalement fait honte à toute une région » lance un employé de la Poste de même origine que Maharante Jean de Dieu. Au temps où il était membre de la Chambre basse, un de ses proches a fait la une de la rubrique faits-divers des journaux pour un trafic de chanvre, transporté à bord des 4x4 flanqués de cocarde mais appréhendés heureusement par les Forces de l'ordre sur la RN7.

Avec la complicité de ses acolytes qu'il a nommés dans des postes de haute responsabilité au niveau du ministère ou des organismes rattachés, l'ancien ministre a réussi à transférer cette somme faramineuse de la caisse de l'Etat dans ses poches. C'est de l'Autorité de régulation des technologies de communication (ARTEC), dont les hauts responsables figurent parmi le cercle d'amis du ministre, que sont puisés ces milliards d'ariary destinés à l'achat des matériels informatiques. Mais il s'agit plutôt d'un achat fictif dans la mesure où les marchandises ne sont jamais livrées alors que le ministre et les hauts responsables ont donné accord aux paiements des prestataires. Mais il y a mieux, ces derniers ne seraient fichés nulle part à moins qu'il s'agit des sociétés créées avec des faux documents.

Un détournement « Bevata » coïncidant avec la période pré-électorale tant au niveau d'une grande fédération sportive, dont le premier responsable de l'ARTEC s'est porté candidat à la présidence, qu'à l'échelle nationale, les élections présidentielles. C'est plus que certain qu'une partie, infime soit-elle, de ces milliards d'ariary subtilisés, a servi à financer ces deux campagnes dont l'issue était pourtant fatale aux présumés auteurs et complices du détournement.

Après la découverte de ce vol, une Interdiction de sortie du territoire (IST) a été lancée à l'endroit des suspects. Mais les bruits d'information annoncent que l'ancien ministre Maharante Jean de Dieu a déjà pris le large en s'installant à l'extérieur des frontières malagasy. 17 ans après avoir fui le pays pour des raisons purement politiques alors qu'il était gouverneur de la province autonome de Toliara(2002), Maharante Jean de Dieu est de nouveau parti en exil volontaire mais cette fois-ci pour des actes supposés criminels, détournement de biens publics.

Par ailleurs, le MPTDN veut également se mettre aux trousses de ceux qui ont cédé leur terrain dans le domaine de l'ARTEC. Et ce bien qu'à la suite de la descente effectuée par le ministre à Ivandry, il y a deux mois, les terrains vendus illicitement soient finalement revenus à l'Etat.

La Rédaction

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff