Publié dans Politique

Allégations de corruption - Le Président Ahmad relâché par la justice française

Publié le vendredi, 07 juin 2019

Sans charges retenues. Après une audition presqu'une journée entière aux services de l'Office central de lutte contre les corruptions et infractions financières et fiscales (OCLIFF) jeudi, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad, est rentré libre. Le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux a confirmé à l'Agence France Presse (AFP) cette information en précisant « qu'il (ndlr : Ahmad) est ressorti libre de sa garde à vue, sans poursuite ».

 

Au grand étonnement de tous, le président de la CAF a été accusé dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à Marseille d'association de malfaiteurs, corruption, abus de confiance et faux et usage  de faux. Des chefs d'accusation que le procureur de Marseille lui ont fait certainement connaitre avant l'audition. Accompagné par son avocat durant son interrogation à l'OCLIFF, le président de la CAF a dû répondre point par point sur ces chefs d'inculpation. D'après le magazine « Jeune Afrique », cette audition du président Ahmad fait suite à une rupture unilatérale de contrat avec l'équipementier Puma en vue de l'habillement  des 580 volontaires du Championnat d'Afrique des Nations (CHAN) au Maroc en 2018. Personne ne sait si c'est l'équipementier qui a esté cette affaire en justice ou c'est l'ancien Sg de la CAF, Amr Fahmy, limogé par le bureau exécutif de l'instance suprême du ballon rond africain quelques mois auparavant. Pour sa défense dans ce dossier de soi-disant rupture de contrat, Ahmad a maintes fois répété à la presse que tout a été décidé dans la transparence. Dans une des prochaines éditions du magazine France Football, traitant spécialement la CAN 2019, le président Ahmad est plus explicite et s'étale longuement sur les raisons ayant poussé la CAF à passer commande auprès de cette société française et non à Puma.

En décidant de relâcher le président Ahmad et de ne retenir aucune des charges contre lui, les autorités judiciaires françaises ont été convaincues de ses explications.

Libre de ses mouvements, le président de la CAF, après avoir assisté hier au coup d'envoi de la Coupe du monde féminine, quitte le sol français aujourd'hui à destination de Mali où il apportera les solutions de la CAF  aux problèmes traversés par le football local.

La rédaction

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff