Publié dans Politique

Pentecôte - 5 morts et plus de 109 consultations à l'Hjra

Publié le lundi, 10 juin 2019

Contrairement à Pâques 2019, la Pentecôte 2019 s'avère plus sanglante, du point de vue accidents de diverses natures. Selon un bilan encore provisoire provenant de l'hôpital Hjra, il y eut 5 morts et plus de 109 consultations entre dimanche et lundi matin dernier. Comme à l'accoutumée, les accidents de circulation ont fait des victimes dont 1 mort et près de 12 blessés. La victime tuée est un homme d'une quarantaine d'années. Un 4x4 l'avait fauché dans la nuit du dimanche du côté du Complexe scolaire à Ampefiloha. On soupçonne que le piéton aurait été sous l'emprise de l'état alcoolique, du moins selon une information.

 

Quant aux deux autres personnes ayant perdu leur vie, elles ont été d'abord admises dans le service des urgences au cours de la même nuit du dimanche mais le personnel soignant déclare ignorer la cause de leur décès.  Enfin, pour les deux autres individus également déclarés morts par le service de la réanimation médicale ou Reamed de l'Hjra, l'un d'eux est un homme de 75 ans, qui a succombé des suites d'une crise tandis qu'un  homme de 28 ans aurait pris des médicaments.

Généralement, les accidents de motos ont fourni un nombre élevé de blessé. Mais le transport en commun a fait aussi des siennes. Les accidents dits à responsabilité civile ou ARC ont été également nombreux dans ce laps de temps du week-end dernier dans la Capitale et ses environs. L'on dénombre 40 blessés dont 36 ont dû être hospitalisés. Ce qui témoigne la gravité de leurs cas. La plupart se sont bagarrés au cours d'une beuverie. Beaucoup de cas de scènes de ménage ont été également signalés, enfin les agressions de bandit. Des cas s'y rapportant ont foisonné dans le quartier des 67ha où des noctambules se sont faits agressés à la sortie de boîte.

Des cas d'usage excessif d'alcool ont conduit deux inconnus et une femme au Reamed. Apparemment, la journée de Pentecôte était plutôt calme car on n'a pas assisté à cette vague d'évacuation d'urgence de personnes en état comateux dû à l'absorption excessive de la boisson comme on a l'habitude de constater pendant la Saint-Sylvestre, ou dans la moindre mesure Pâques.  Et phénomène faisant désormais partie du tableau dans notre société, la tentative de suicide. Ici, les cas de deux jeunes femmes ont été signalés. Les malheureuses auraient eu maille à partir avec leurs conjoints respectifs et ont opté pour les médicaments afin de tenter d'abroger leur existence. Puisqu'il ne s'agit donc encore qu'un bilan provisoire, ces statistiques sont donc encore susceptibles d'évoluer au cours des dernières heures.

Franck Roland

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff