Publié dans Politique

Emergence de Madagascar - Les Barea montrent la voie aux réticents

Publié le lundi, 01 juillet 2019

« Rattraper le retard de développement accumulé en 59 ans ». C'est l'objectif principal de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar (IEM) matraqué par le Président Andry Rajoelina durant la campagne présidentielle. Depuis son accession au pouvoir, il court partout aux quatre coins de l'île et du monde entier afin de mettre sur les rails la machine de l'IEM pour que Madagascar rayonne dans tous les domaines tant sur le plan continental que mondial. Un concept reçu cinq sur cinq par les sportifs à l'image des Barea de Madagascar.

 

En obtenant la qualification à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2019, ils ont réussi là où leurs précédents tentaient en vain d'obtenir depuis le début des années 60. L'entrée de la sélection malagasy dans le cercle très fermé des « CANistes » a fait tourner très brièvement la tête des observateurs vers Madagascar. Les médias internationaux ne réservent au début de la CAN que quelques lignes pour les Barea de Madagascar. Mais au fur et à mesure que la compétition avance, beaucoup commencent à s'intéresser à l'équipe malagasy, le petit poucet de l'épreuve tout comme la Mauritanie, le Burundi et les autres formations qui sont en lice pour la première fois de leur histoire à la CAN. Après le match nul contre la Guinée, les Barea ont été regardés d'un autre œil. Et d'après les journalistes malagasy sur place, leurs confrères étrangers courent depuis derrière les informations sur les Barea. A l'issue de la victoire contre le Burundi, la tension de curiosité des observateurs a connu une augmentation considérable et le succès retentissant face au Nigéria l'a fait passer au summum. La raison c'est que Madagascar est entré dans l'histoire de la CAN en étant la seconde Nation, en  première participation à la phase finale, à n'avoir perdu aucun de ses matchs de groupe. Un record réalisé  par le Ghana…en 1962. Le retard footballistique de Madagascar en 59 ans est ainsi rattrapé par les Barea en peu de temps.

 Cette prouesse n'est pas pourtant réalisée par miracle mais grâce à la cohésion, la solidarité, la vision du leader et évidemment au soutien indéfectible de la population et des dirigeants du pays. En débloquant une somme faramineuse pour une nation en voie de développement, l'Etat malagasy a démontré sa  confiance en ses footballeurs. Au-delà des frais de préparation englobés par les aides de la CAF et de la FIFA, le régime a payé de sa caisse, jusqu'à l'heure actuelle, 2 milliards d'Ar pour les amoureux de football local, répartis à l'achat de la retransmission des 52 matchs de la CAN sur la télévision nationale et au séjour des Barea en Egypte. Décrié par les détracteurs du régime, ce geste s'avère payant comme l'atteste cette qualification au second tour de la phase finale.

Les Barea ont montré la voie aux réticents que faire front commun autour d'une cause commune demeure la base du développement.

La Rédaction

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff