Publié dans Politique

Faux et usage de faux à la visite technique - Deux réseaux mis en cause démantelés par la Gendarmerie

Publié le dimanche, 07 juillet 2019

Les efforts actuels en vue de combattre la corruption à propos des contrôles techniques des voitures pour trancher sur leur aptitude à circuler ou non, ont porté leurs fruits. Ainsi, deux réseaux supposés de faux spécialisés dans la falsification des dossiers nécessaires lors des visites techniques, venaient d’être démantelés. Au total, 8 suspects avaient été interpellés. Trois suspects sont accusés d’avoir fourni à des usagers des certificats de visite technique parallèles, c’est-à-dire des octrois de faux documents en dehors du centre de contrôle officiel des véhicules. Selon la Gendarmerie, 5 d’entre eux sont soupçonnés d’avoir délivré des fausses attestations de véhicules au transport à titre onéreux.  

Normalement, cette tâche incomberait plutôt aux centres fiscaux. Tous ces résultats seraient  les fruits d’une action de contrôle inopiné effectuée par des responsables au sein de la Direction générale de la sécurité routière ou DGSR, laquelle est sous la houlette du capitaine  Honoré Razandrinirinjokiny, chef de Service des opérations et contrôles routiers (SOCR), mais aussi ceux de la direction de police judiciaire du Toby Ratsimandrava de la Gendarmerie nationale entre le 2 et le 5 juillet dernier.

Mais ce n’est pas tout. Lors de perquisitions aux domiciles des personnes impliquées, les gendarmes y ont trouvé une assez importante quantité de faux documents administratifs dont des imprimés DGSR mais aussi des fiches de contre-visite de la Commune urbaine, enfin des cachets. A part cela, différents matériels informatiques dont des ordinateurs ainsi que des imprimantes ont été également saisis.

Ce genre de magouille ne peut que porter préjudice et serait de pure perte, empêchant de renflouer la caisse de l’Etat et celle du centre de contrôle technique des véhicules. Les autorités dont surtout la DGSR mettent donc sérieusement en garde tous ceux qui seront encore tentés de recourir à de tels agissements car il s’agit d’une infraction qui est loin d’être tolérée. Par ailleurs, les usagers sont notamment sensibilisés afin de ne pas hésiter à dénoncer en cas de faits suspects de corruption observés dans tous les centres de contrôle du pays.

Mais l’objectif principal de cette action de la Gendarmerie nationale et de la DGSR est de surprendre les véhicules non conformes aux critères de circuler et donc de prévenir les éventuels accidents de circulation susceptibles d’être provoqués par les défauts techniques de ces véhicules.

Pour ces deux entités, il est clair que certains usagers, afin de contourner ces contrôles techniques officiels, font une fuite en avant et cherchent d’autres solutions, plutôt malhonnêtes et recourent au faux et à l’usage de faux pour prouver qu’ils étaient passés à la visite technique.

Durant les trois premiers jours de cette action de la DGSR et de la Gendarmerie, une centaine de voitures se sont vus retirer leurs papiers pour non-conformité technique tandis que 11 autres ont été mises en fourrière pour n’avoir jamais été soumises au contrôle obligatoire à la visite technique.

Les propriétaires sont donc appelés à se pencher sur les problèmes de pièces de rechange, d’entretenir leurs véhicules mais surtout aussi de se rendre dans les centres de visite technique aux dates indiquées et prévues pour effectuer ces contrôles. Enfin, ils sont invités à ne pas solliciter le service des rabatteurs ou « mpanera », une situation qui favorise la corruption. L’action des deux entités administratives se poursuivra encore à travers le pays.

Franck Roland

Fil infos

  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs
  • Route nationale secondaire 34 - Un pont métallique réhabilité par la direction régionale
  • Aéroport d’Ivato - Arrivée de 14 tonnes d’équipements sanitaires en provenance de Chine
  • Malagasy bloqués à l’étranger - Reste 700 ressortissants à rapatrier
  • Iles Eparses - Le rapport de connexité avec l’État malgache
  • Lutte contre la propagation du coronavirus - Des mesures draconiennes pour Analamanga
  • Manque de transparence - Précision du ministre des Finances
  • Retour au confinement - L’heure de se montrer tous responsables !

La Une

Editorial

  • Effets délétères
    Les rafales de balles réelles du Covid-19 frappent de plein fouet le pays. Elles atteignent malheureusement des cibles stratégiques. L’ennemi  gagne du terrain. La Grande île est en guerre ! L’état-major de guerre change de tactique et opte décidément pour la manière forte. Devant la gravité de la situation au front, le chef de guerre donne l’ordre de déployer l’artillerie lourde. La bataille est difficile. En cause, deux mobiles majeurs. Un d’abord, dans le camp adverse, on a affaire à un redoutable ennemi dont la force principale réside sur le fait qu’il est « invisible ». Deux, le commandant en chef des Armées se confronte à un problème quelque peu complexe en raison de l’atmosphère d’indiscipline qui règne dans les rangs des guerriers. Les « simples soldats » vont en ordre dispersé. Leurs chefs sur terrain ont du mal à les mettre au pas. Ainsi, l’ennemi jouit l’avantage dû à son invisibilité mais le bordel du…

A bout portant

AutoDiff