Publié dans Politique

Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant

Publié le lundi, 15 juillet 2019

Chassez le naturel, il revient au galop ! Apparemment, les deux défaites électorales qu’il a essuyées n’ont pas servi de leçon d’humilité à Marc Ravalomanana, bien au contraire. Lors de la clôture du congrès du parti TIM le weekend dernier, l’homme est apparu avec le visage sous lequel on l’a connu du temps où il était encore le tout puissant N°1 du pays : Dédaigneux et méprisant, traitant ses partisans comme des moins que rien.

 

Alors que le pays tout entier est encore sous l’emprise du « phénomène Barea », voulant égratigner l’actuel Chef de l’Etat qui a accompagné l’équipe nationale durant les deux derniers matches de cette dernière, le fondateur du TIM a eu l’inconscience de réduire la participation du onze malagasy à la dernière CAN à un simple événement sportif qui ne mérite pas le déplacement en Egypte. Dans des propos à peine voilés, Marc Ravalomanana de fustiger Andry Rajoelina au motif que, selon lui, il y a des priorités au pays qui nécessitent plus les sollicitudes d’un Chef de l’Etat que les pyramides. Une véritable insulte aux millions de malagasy qui, comme un seul homme, se sont levés pour rendre hommage aux quarts-de-finalistes, représentant l’Océan Indien à la CAN 2019.

Le comportement de l’ancien exilé d’Afrique du Sud lors du Congrès du TIM révèle, s’il en était encore besoin, que l’homme n’a rien perdu de son côté tyrannique à l’endroit de ses collaborateurs. « Levez-vous ! » ; « Parlez ! » ; « Asseyez-vous maintenant ! », a-t-il aboyé à ces derniers d’un ton sec et autoritaire lorsqu’il les présentait à l’assistance. La scène de ces personnalités qui obéissaient au doigt et à l’œil était surréaliste et faisait penser à du fanatisme, et non à un quelconque charisme du donneur d’ordre. Ce trait de caractère avilissant ses interlocuteurs est propre à Marc Ravalomanana. Celui-ci avait en effet la fâcheuse manie de se permettre des familiarités (entre autres des tutoiements en public) à ses collaborateurs, quels qu’ils soient, ministres ou officiers supérieurs tous corps confondus.

D’une manière générale, d’ailleurs, il faut se demander si ce n’est pas le peu de considération que cet ancien Chef de l’Etat avait vis-à-vis des hommes en uniformes qui est  à l’origine de la défiance d’une partie de l’Armée à son encontre à partir de 2018. Marc Ravalomanana n’hésitait pas en effet à confier aux militaires des tâches dégradantes, dans tous les cas ne correspondant en aucune manière à leur mission. C’est ainsi, par exemple, qu’il a confié la garde des vaches laitières de Tiko à des soldats, avec l’ordre donné à ceux-ci d’en rincer l’arrière-train à chaque fois qu’elles faisaient leurs besoins (véridique).

Le patron du TIM avait bien essayé ces derniers temps de faire croire qu’il s’est défait du penchant dictatorial et de l’arrogance qui ont plombé sa popularité auprès d’une population réputée pour sa modération. Les faits démontrent qu’il n’en est rien. Mais à 70 ans passés, doit-on encore s’attendre à un changement de sa part ?

La Rédaction

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff