Publié dans Politique

Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme

Publié le jeudi, 18 juillet 2019

Un policier a été condamné à deux ans d’emprisonnement ferme pour corruption passive, par le Tribunal de première instance de Mahajanga.  L'affaire au centre de laquelle s’était retrouvé cet inspecteur de police, aurait également impliqué  trois brigadiers, lesquels ont  été relaxés au bénéfice du doute. Au mois de juin dernier, les quatre policiers, issus du poste de police d’Ambohimandambina – Mahajanga, avaient été  accusés d’avoir  fait subir des exactions et procédé à une détention arbitraire. Les policiers en question auraient exigé la somme de deux millions d’ariary, en contrepartie de la libération de détenus, selon les informations. Des victimes qui se sont tournées vers le démembrement local du Bureau indépendant anti-corruption pour porter plainte.


Les enquêtes et constatations menées par les limiers de l’entité en charge de la lutte contre la corruption auraient confirmé les dires des plaignants. Les policiers ont ainsi été déférés au parquet du TPI de Mahajanga pour corruption passive et extorsion, étant donné que cette ex-province ne dispose toujours pas de Pôle anti-corruption. Cette affaire risque de nuire l’image de la Police nationale, dans un contexte national où le leitmotiv est la tolérance zéro. Et ce, d’autant plus que, tous les acteurs et les secteurs s’efforcent de montrer davantage d’engagement et de volontarisme pour lutter contre la corruption.
Pour un certain nombre d’analystes, cette affaire révèle au grand jour « un énième dysfonctionnent de la Justice puisque les plaignants et les investigations ont toujours fait état de quatre policiers ». Des faits qui ont d’ailleurs été confirmés par le Parquet de Mahajanga en poursuivant les quatre policiers avant que trois d’entre eux ne bénéficient de relaxe au bénéfice du doute. « Apparemment le doute profite encore aux corrompus », précise notre source. Notons que la mise en place du Pôle Anti-corruption de Mahajanga serait déjà en cours selon les acteurs du système Anti Corruption à Madagascar.
La Rédaction

Fil infos

  • Concours d'entrée à l'INFA - « L'un des plus propres », dixit la ministre Ranampy
  • Intempéries - L'Etat déclare le sinistre national
  • Boeny et Betsiboka - Le Président Rajoelina accélère les actions de secours
  • Commune urbaine d’Antananarivo - 23 directeurs pour réaliser le veliranon’Iarivo
  • Banque européenne d'investissement - 173 millions d'euros investis dans le réseau routier malagasy
  • « Tana Water III » - Trois nouvelles stations de forage et de traitement d'eau en construction
  • Détournement de deniers publics - L’ex-ministre Maharante de nouveau éclaboussé 
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Honoré Rakotomanana attaque Rivo Rakotovao
  • Kraomita malagasy - 505 milliards détournés par les anciens dirigeants
  • Stade de Mahamasina - Démolition des deux tribunes latérales hier

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff