Publié dans Politique

Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme

Publié le jeudi, 18 juillet 2019

Un policier a été condamné à deux ans d’emprisonnement ferme pour corruption passive, par le Tribunal de première instance de Mahajanga.  L'affaire au centre de laquelle s’était retrouvé cet inspecteur de police, aurait également impliqué  trois brigadiers, lesquels ont  été relaxés au bénéfice du doute. Au mois de juin dernier, les quatre policiers, issus du poste de police d’Ambohimandambina – Mahajanga, avaient été  accusés d’avoir  fait subir des exactions et procédé à une détention arbitraire. Les policiers en question auraient exigé la somme de deux millions d’ariary, en contrepartie de la libération de détenus, selon les informations. Des victimes qui se sont tournées vers le démembrement local du Bureau indépendant anti-corruption pour porter plainte.


Les enquêtes et constatations menées par les limiers de l’entité en charge de la lutte contre la corruption auraient confirmé les dires des plaignants. Les policiers ont ainsi été déférés au parquet du TPI de Mahajanga pour corruption passive et extorsion, étant donné que cette ex-province ne dispose toujours pas de Pôle anti-corruption. Cette affaire risque de nuire l’image de la Police nationale, dans un contexte national où le leitmotiv est la tolérance zéro. Et ce, d’autant plus que, tous les acteurs et les secteurs s’efforcent de montrer davantage d’engagement et de volontarisme pour lutter contre la corruption.
Pour un certain nombre d’analystes, cette affaire révèle au grand jour « un énième dysfonctionnent de la Justice puisque les plaignants et les investigations ont toujours fait état de quatre policiers ». Des faits qui ont d’ailleurs été confirmés par le Parquet de Mahajanga en poursuivant les quatre policiers avant que trois d’entre eux ne bénéficient de relaxe au bénéfice du doute. « Apparemment le doute profite encore aux corrompus », précise notre source. Notons que la mise en place du Pôle Anti-corruption de Mahajanga serait déjà en cours selon les acteurs du système Anti Corruption à Madagascar.
La Rédaction

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff