Publié dans Politique

60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?

Publié le jeudi, 18 juillet 2019

Sous l’impulsion de Rivo Rakotovao, la chambre haute va célébrer sa 60ème anniversaire la semaine prochaine. 5 jours de festivités qui s’apparentent à un défi mal placé d’un enfant gâté ayant perdu son vache à lait  5 jours de liesse. Quelle mouche a pu bien piquer le président du Sénat Rivo Rakotovao à tel point qu’il veut contre vents et  marrées célébrer une 60ème anniversaire d’une institution ? Du 22 au 26 juillet prochain, diverses activités seront au menu : messe d’ouverture, conférences débats, rencontres sportives, spectacles, stands d’expositions, don de sang, etc. Rivo Rakotovao s’entête pour cette célébration malgré les réticences dans les rangs même des sénateurs. En effet, il s’agit d’un non respect flagrant à l’encontre des valeurs républicaines. Le 60ème anniversaire d’une institution se fêtent-elles ? Et si la fièvre de la célébration piquaient les autres institutions, les ministères notamment en cette période remaniement, les régions et les communes ? Cette situation prouve sans ambages le niveau politique de celui-ci.

Le niveau est tellement bas que l’on peut affirmer que seul le hasard l’a poussé dans les hautes sphères étatiques, et non sa qualité d’homme d’Etat. Une qualité qui lui fait défaut, quoi qu’il fasse, quoi qu’il décide. Cette célébration va également à l’encontre de la politique d’austérité  prônée par le Président de la République. Déjà que le budget du Sénat a été revu à la baisse dans la Loi des Finances Rectificative, sans gêne et sans honte le président du Sénat gaspille le budget y afférent. Un budget payé par le citoyen lambda dont l’utilisation doit être destinée à une mission précise, utile et efficiente. En somme, il s’agit d’un défi lancé à l’encontre du Président Andry Rajoelina en ces temps où la dissolution du Sénat a été lancée sur la place publique. Rivo Rakotovao pense à tort et à travers qu’il est le sauveur de cette chambre en défiant le
Président de la République de la sorte.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff