Publié dans Politique

Pds ou pas 

Publié le mercredi, 07 août 2019

Le mandat respectif des maires des Communes urbaines et rurales prend fin. En fait, élus  en 2015 pour une mandature de cinq ans, la durée d’exercice de leurs fonctions arrive à son terme au mois de septembre. L’organe chargé d’organiser et de gérer les élections à Madagascar, la CENI, a déjà pris les dispositions qui conviennent. Une date a été proposée pour le mois d’octobre prochain. Mais pour des raisons d’ordre général dont le détail relève de la compétence exclusive du pouvoir central, l’Exécutif décida de prolonger le mandat des maires en exercice. D’emblée, la décision déclencha des fantasmes et des vagues. Comme dans tout pays qui respecte les enjeux de la démocratie, le débat est ouvert. Société civile, acteurs politiques en particulier, ceux revendiquant de l’opposition, la presse locale et internationale, observateurs de la vie politique du pays et simples citoyens ne s’en privent pas d’émettre leurs avis. Dans les salons, sous les chaumières, dans les transports en commun et sur la place publique tout le monde entre en lice. Pour donner le cadre, le Chef de l’Etat déclare de façon catégorique qu’il écarte toute option tendant vers la nomination des Délégations spéciales. Les dirigeants en place ne songent point à mettre en place une structure provisoire pour joindre les deux bouts des mandats et le Gouvernement annoncera pour bientôt la date du scrutin. N’empêche que le sujet intéresse les acteurs de la vie politique nationale. Quoique le Président Rajoelina veuille bien  délimiter le contour, les avis vont bon train. Pour les uns, la nomination d’un Pds serait une opportunité à ne pas rater afin donner un souffle nouveau. Il n’est plus un secret à tous que certaines Communes en ville aussi bien qu’en milieu rural sont mal en point. Des élus ont montré leur limite. Pour la plupart des cas, ils ou elles sont nettement en dessous des attentes. Incapables de relever le défi, les premiers magistrats de nombreuses  villes ne parviennent pas à surmonter les difficultés.

Le cas probant de la Ville des Mille, la Capitale de Madagascar, n’a pas besoin de commentaires. Inutile de s’attarder là-dessus pour avoir l’idée nette de la situation dans laquelle les citoyens sont coincés. Tout se constate à vue d’œil ! Antananarivo se trouve dans un état piteux. Ainsi, la nomination d’un technicien, censé être au-dessus de la mêlée politique, servirait les intérêts de la ville et ses habitants. Un technicien qui n’a aucune obligation partisane ni une visée électorale ferait bien l’affaire. D’ailleurs, en parlant de la Capitale, son sort a déjà été plus d’une fois mis entre les mains de responsable …nommé. Pour d’autres, le fait de nommer un Pds à la tête d’une Commune quelconque, notamment à Antananarivo, traduit la volonté des tenants du pouvoir à bafouer le concept de la démocratie basée sur le verdict des urnes. Selon toujours ces éternels détracteurs, c’est une manière de se donner un atout virtuel vis-à-vis du scrutin dans la mesure où l’on écarterait toutes les chances de réussite aux candidats potentiels et on s’offrirait la puissance publique lors des campagnes électorales. En tout, Pds ou pas, la plateforme présidentielle n’a pas froid aux yeux. Elle est prête à affronter le combat pour remporter le trophée.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff