Publié dans Politique

Construction de pavillons au marché d’Andravoahangy - Un nouveau bras de fer enclenché

Publié le mercredi, 07 août 2019

« Nous n’acceptons pas la cession de notre marché. Nous n’acceptons pas la construction de box marchands sur un canal d’évacuation ». Telles ont été notamment les inscriptions aperçues sur les banderoles déployées par des marchands, hier au marché d’Andravoahangy. Les commerçants attirent l’attention des responsables par rapport à la construction de pavillons dans leur marché. Des infrastructures qui seraient construites  sur le canal d’évacuation d’eaux de ce marché. Les marchands installés sur les emplacements de ces nouveaux pavillons ont tout simplement été dégagés, sans autre forme de procès, selon toujours ces marchands. Le manque  de transparence des dirigeants au sein du marché est mis à l’index. Installés sur ces emplacements depuis plusieurs années, ces derniers se plaignent ainsi de ne pas avoir  été consultés pour ce projet de construction de pavillons. Des cas de corruption sont ainsi suspectés par les commerçants qui pointent du doigt le premier responsable du marché local ainsi que des délégués.  Les travaux de construction ont commencé au début du mois de juillet dernier.

Sur les 39 pavillons prévus, 7 sont à l’heure actuelle déjà terminés. Vendus à 12 millions d’ariary l’unité, ces box seraient construits uniquement une fois la nuit tombée. Ce qui voudrait dire, selon les manifestants, que les responsables savent pertinemment le caractère illicite du projet. Une première manifestation destinée à interpeller les responsables avait déjà eu lieu au début du mois de juillet. Des démarches auraient été effectuées par les marchands auprès des responsables du marché et auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Jusqu’ici, ces démarches seraient restées vaines. Un bras de fer entre les marchands et la CUA n’est pas à écarter. Ce n’est en tout cas pas le premier cas du genre. Dernièrement, des marchands du marché d’Anosibe avaient haussé le ton face à la  construction de pavillons menée par la CUA sur un parking de cette zone commerciale. Dans le District d’Ambatolampy, la cession de parcelles de terrains communaux à des conseillers municipaux par un édile local fait jaser la  population locale.
 La Rédaction

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff