Publié dans Politique

Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux

Publié le lundi, 12 août 2019

Proposition de loi et non projet de loi. La révision de la loi sur le statut de l’opposition à Madagascar relève d’une proposition de loi et  non d’un projet de loi. L’initiative émane de la majorité à l’Assemblée nationale et non du Gouvernement. Il s’agit de réexaminer la loi 2011 du 9 septembre 2011 aux fins d’une nouvelle adoption avant son application. Ce volet constitue l’un des trois principaux axes qui jalonneront la première session extraordinaire de l’année depuis l’avènement de la nouvelle  législature à l’Assemblée  nationale et de l’équipe gouvernementale dans sa version actuelle. Comme prévu par la loi, le Premier ministre Christian Ntsay se doit de présenter devant le Parlement la Politique générale de l’Etat (PGE). De son côté, la Chambre basse est requise de revoir son règlement intérieur jusqu’à l’expiration du délai de la session en cours, n’excédant pas douze jours. Approche-projet Au palais de Tsimbazaza comme à celui d’Anosikely, les deux présidents du Parlement malagasy, lors des cérémonies d’ouverture, ont tous mis l’accent sur les intérêts nationaux. La présidente de l’Assemblée nationale, Christine  Razanamahasoa, a insisté sur certaines mises à jour qui doivent répondre  aux attentes de l’époque actuelle et à celles du futur, qu’il s’agisse de la loi sur l’opposition et du règlement intérieur. Pour elle, cette étape est primordiale pour la restauration de l’image de l’institution parlementaire. Elle a ainsi invité ses collègues députés à tabler sur les intérêts de la nation uniquement par rapport aux discussions autour de la loi sur l’opposition.

En s’adressant au  Premier ministre, la femme au perchoir à Tsimbazaza lui a demandé de présenter la PGE avec plus de détails, et non de façon laconique comme d’habitude. Selon ses dires, les membres de la Chambre basse veulent des baromètres et des indicateurs mesurables afin de mieux évaluer les réalisations gouvernementales lors du prochain face-à-face. Ce sera alors une approche-projet appliquée aux activités gouvernementales. Démarche inclusive Rivo Rakotovao, le président du Sénat, quant à lui, a observé que la Chambre haute ne se lèvera pas  en tant qu’opposant du régime en place. « Nous protégeons les intérêts de tous », a-t-il dit. Tenant un discours plus politique que technique, le politicien a rappelé le fondement constitutionnel de la République en mettant l’accent sur le régime semi-présidentiel et le multipartisme. Pour la révision de la loi sur l’opposition et avant l’adoption de la proposition de loi s’y rapportant, il a préconisé la démarche inclusive et l’ouverture des débats aux différentes forces vives de la nation. Il a souhaité l’implication sans réserve même des organisations de la société civile en vertu des principes démocratiques. Il a alors attiré l’attention sur la nécessité d’une opposition constructive servant de balise aux éventuelles dérives du régime en place pour le bien de la nation. Pour cela, les idées divergentes sont utiles car la démocratie en a besoin pour vivre ou survivre. « Nous devons admettre l’existence des gens qui ont des points de vue différents des nôtres au nom des intérêts nationaux », a-t-il observé.
M.R.

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff