Publié dans Politique

Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana

Publié le jeudi, 15 août 2019

Avoir du pouvoir à tout prix ! L’on est tenté de croire qu’il s’agit du nouveau crédo de l’ancien président Marc Ravalomanana qui inscrit d’ailleurs parmi ses devises la fameuse formule « Never give up ». Ainsi, l’ex – chef d’Etat n’abandonne toujours pas l’idée de revenir sur le devant de la scène politique. Une plate – forme dénommée Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia a vu le jour à l’issue d’un rassemblement des partis de l’opposition à l’hôtel Carlton Anosy. Ce fut à la suite de ce rassemblement que Marc Ravalomanana a été élu chef de l’opposition, selon sa déclaration avant – hier, en obtenant 15 votes en sa faveur sur les 21 voix des partis politiques présents. Des formations politiques qui sont pourtant des groupuscules et n’ont participé à aucune élection, donc ne disposent nullement d’élus.  Très ravi de son nouveau rôle, l’ancien prétendant à la magistrature suprême du pays a d’ores et déjà publié la nouvelle sur les réseaux sociaux. « Je viserai toujours le développement du pays même en tant qu’opposant », a – t – il déclaré.


Divergence
Alors que le processus de révision de la loi sur le statut de l’opposition est déjà déclenché au niveau de l’Assemblée nationale, le parti « Tiako i Madagasikara » persiste dans sa manœuvre pour faire de son leader le chef de l’opposition. Un procédé qui est vu d’un très mauvais œil par les observateurs de la vie politique. En effet, ce candidat déchu de l’élection présidentielle semble vouloir faire son « come – back » dans l’arène politique par tous les moyens. Ce qui expliquerait cette insistance presque gênante à prendre la place de chef de l’opposition.
De plus, ce nouveau forcing se heurte déjà à de vives critiques au sein même des formations politiques qui se positionnent en tant qu’opposant. Lalatiana Ravololomanana a remis en question cette élection. « Nous ne sommes pas prêts d’approuver quelque chose pour laquelle nous n’avons pas été consultés » a – t – elle affirmé. Des propos qui en disent long sur l’absence d’un véritable consensus au sein des partis de l’opposition.
S.R.

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff