Publié dans Politique

SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

Publié le dimanche, 18 août 2019

Le directeur général de la Société d’Exploitation du Port Autonome de Toamasina (SPAT), Christian Eddy Avellin, fait l’objet d’un dénigrement via les réseaux sociaux. Une publication criarde sur ces nouveaux supports de communication a retenu l’attention ce week-end. Celle-ci rend compte d’un certain nombre de graves accusations contre le patron de la SPAT. Abus de position, népotisme, gabegie, favoritisme, délit d’initié, manquement aux règles fondamentales de droit du travail et à l’orthodoxie de la finance publique, détournement… sont en résumé les faits qui lui sont reprochés dans la publication. Les détails fournissent une liste des noms des supposés complices du DG.

 

Le rédacteur du texte qui créera certainement des polémiques entend faire passer un message selon lequel le pouvoir central aurait intérêt à mettre fin au mandat du premier responsable de la SPAT. Certes, le concerné a été à ce poste depuis 2008 au moment où son prédécesseur, Pierrot Botozaza, était nommé ministre des Transports sous le second mandat du président Marc Ravalomanana.

Tentatives irrésistibles

Pierrot Botozaza lui-même choisissait Christian Eddy Avellin pour le remplacer à la tête de la SPAT. C’était toujours lui qui le présentait au personnel de la SPAT à l’occasion d’une fête organisée au Foyer social Canada à Toamasina afin de lever les doutes de certains employés. Originaire du Sud, le DG était un peu mal accueilli à Toamasina, il fallait donc une bonne dose de conviction de la part de son mentor pour le faire admettre dans la ville.

Des arguments aux relents raciaux sont en effet mis en exergue dans la publication qui traite du DG de tous les mots. Les réseaux sociaux sont en tout cas devenus un support par excellence pour dénigrer voire diffamer à outrance qui que ce soit, nonobstant la loi sur la cybercriminalité. La SPAT est quand même une des sociétés d’Etat performantes avec une situation financière enviable qui suscite des émules.

La direction générale de la SPAT devrait répliquer aux informations véhiculées à son encontre dans le courant de la semaine. Et si ces informations véhiculées sur les réseaux sociaux s’avèrent diffamatoires, elle devra saisir les autorités compétentes en matière de cybercriminalité pour sanctionner l’auteur. De notre part, la tentative de contacter les responsables dans l’espoir de leur soutirer quelques précisions utiles n’a pas abouti.

La rédaction

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff