Publié dans Politique

Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique

Publié le lundi, 19 août 2019

Double avantage. La population malagasy a effectué samedi dernier la 6e édition du « Tagnamaro », la journée de citoyenneté, initiée par le ministère de la Communication et de la culture. « Nous sommes les initiateurs du projet mais non le leader. Chaque groupement, société privée, entité publique ou même les habitants d’un quartier donné peuvent organiser les siens chaque troisième samedi du mois », précise Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, ministre de la Communication et de la Culture. Elle qui explique que le fait de tenir le « Tagnamaro » un samedi n’est pas fortuit. « C’est antiéconomique de le réaliser durant les jours ouvrables. Et comme, il s’agit d’une action citoyenne, ce n’est pas un grand sacrifice d’octroyer une journée par mois à la Nation », martèle la benjamine du Gouvernement actuel lors du lancement du début des travaux de réhabilitation d’une ruelle à Soanierana, dans le cadre de la 6e  édition du « Tagnamaro ». Les travaux y afférents dureront 2 mois mais les riverains, bloqués par la coupure de cette ruelle, se réjouissent de ce choix du ministère. Avec ce concept de « Tagnamaro », le budget de la Commune urbaine d’Antananarivo, à qui incombe en principe la réhabilitation de cette ruelle, ne sera pas amputé. 

La main-d’œuvre fournit par les citoyens eux –mêmes et la majeure partie des matériels à utiliser viennent des particuliers ou des sociétés privées, tout semble ainsi acquis gratuitement. Un élan populaire qui commence à atteindre actuellement la vitesse de croisière au grand désespoir de ceux qui ont espéré à un projet mort-né. Mieux, toutes les régions de l’île ainsi que les communautés à travers Madagascar épousent depuis le concept en réalisant des travaux pour une localité, une fois par mois.  Des bâtiments publics, des canalisations, des rues, des établissements scolaires publics, des monuments historiques, des centres hospitaliers, des locaux universitaires et bien  d’autres ont bénéficié  de ce coup de pouce des citoyens à travers « Tagnamaro ». Après les 6 éditions, des travaux se chiffrant aux alentours de 500 millions Ar, au moins, ont été  réalisés gratuitement par des simples citoyens regroupant au sein d’un  département ministériel, entreprises privées ou associations. Au Rwanda, là où a pris racine le concept « Tagnamaro » (Umuganda), pour la reconstruction et l’unité nationale après la guerre civile meurtrière, l’Etat économise mensuellement 5 milliards ariary… Madagascar est encore loin du compte, certes, mais l’essentiel c’est que le message est bien reçu et le concept continue son bonhomme de chemin…
La Rédaction

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff