Publié dans Politique

Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique

Publié le lundi, 19 août 2019

Double avantage. La population malagasy a effectué samedi dernier la 6e édition du « Tagnamaro », la journée de citoyenneté, initiée par le ministère de la Communication et de la culture. « Nous sommes les initiateurs du projet mais non le leader. Chaque groupement, société privée, entité publique ou même les habitants d’un quartier donné peuvent organiser les siens chaque troisième samedi du mois », précise Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, ministre de la Communication et de la Culture. Elle qui explique que le fait de tenir le « Tagnamaro » un samedi n’est pas fortuit. « C’est antiéconomique de le réaliser durant les jours ouvrables. Et comme, il s’agit d’une action citoyenne, ce n’est pas un grand sacrifice d’octroyer une journée par mois à la Nation », martèle la benjamine du Gouvernement actuel lors du lancement du début des travaux de réhabilitation d’une ruelle à Soanierana, dans le cadre de la 6e  édition du « Tagnamaro ». Les travaux y afférents dureront 2 mois mais les riverains, bloqués par la coupure de cette ruelle, se réjouissent de ce choix du ministère. Avec ce concept de « Tagnamaro », le budget de la Commune urbaine d’Antananarivo, à qui incombe en principe la réhabilitation de cette ruelle, ne sera pas amputé. 

La main-d’œuvre fournit par les citoyens eux –mêmes et la majeure partie des matériels à utiliser viennent des particuliers ou des sociétés privées, tout semble ainsi acquis gratuitement. Un élan populaire qui commence à atteindre actuellement la vitesse de croisière au grand désespoir de ceux qui ont espéré à un projet mort-né. Mieux, toutes les régions de l’île ainsi que les communautés à travers Madagascar épousent depuis le concept en réalisant des travaux pour une localité, une fois par mois.  Des bâtiments publics, des canalisations, des rues, des établissements scolaires publics, des monuments historiques, des centres hospitaliers, des locaux universitaires et bien  d’autres ont bénéficié  de ce coup de pouce des citoyens à travers « Tagnamaro ». Après les 6 éditions, des travaux se chiffrant aux alentours de 500 millions Ar, au moins, ont été  réalisés gratuitement par des simples citoyens regroupant au sein d’un  département ministériel, entreprises privées ou associations. Au Rwanda, là où a pris racine le concept « Tagnamaro » (Umuganda), pour la reconstruction et l’unité nationale après la guerre civile meurtrière, l’Etat économise mensuellement 5 milliards ariary… Madagascar est encore loin du compte, certes, mais l’essentiel c’est que le message est bien reçu et le concept continue son bonhomme de chemin…
La Rédaction

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff