Publié dans Politique

Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 

Publié le mercredi, 21 août 2019

Le politicien Alain Ramaroson a retrouvé sa liberté après avoir purgé une peine d’emprisonnement ferme durant 42 mois. Il est parmi les siens après sa sortie de la maison centrale d’Antanimora avant-hier. Son incarcération est intervenue le 3 août 2016 à cause d’ imbroglios intrafamiliaux. Les charges retenues contre lui concernaient des propriétés foncières sises à Andoharanofotsy et à Ambohimangakely. Pour la première, il était condamné à un an ferme assorti d’une amende de 950 millions d’ariary conformément au verdict prononcé le 25 juillet 2017. Un autre verdict prononcé le 8 août de la même année l’a infligé une autre peine d’emprisonnement ferme de 30 mois plus une amende de 200 millions d’ariary. Les deux peines confondues ont duré exactement 3 ans et 17 jours ayant expiré mardi.
Selon des informations entendues ici et là, le politicien aurait pu sortir de la prison avant terme. Les connaissances et amis ont négocié sa libération. Mais le concerné aurait refusé leurs offres en voulant aller jusqu’au bout de sa peine. Voilà que sa patience et son courage lui ont donné raison. Car il aurait pu être taxé de trafic d’influence s’il cédait aux tentatives.
Son défunt frère, Gaston Ramaroson, condamné injustement par le régime de Didier Ratsiraka dans les années 80 pour tentative de coup d’Etat, a lui aussi tenu à purger sa peine de 10 ans. Lui a également interdit qui que ce soit de négocier une quelconque remise de peine ou autres arrangements pour le faire sortir de la prison de Manjakandriana.

« On m’a enlevé injustement 10 années de ma vie », aimait-il répété une fois sa libération actée. Alain Ramaroson restera à jamais une figure bien connue du microcosme politique de Madagascar. Les événements historiques au pays retiennent son nom, notamment depuis les années 90 des Forces vives à l’origine de la chute de l’inamovible amiral Didier Ratsiraka. Puis venaient la crise postélectorale de 2002 et le mouvement populaire de 2009 suivi de la période de transition dont il était un des acteurs majeurs. Le paysage politique du pays a beaucoup changé depuis son incarcération. L’ère du HVM où il a connu des déboires est bien enterrée. Le temps est à présent à un régime issu des élections démocratiques. D’aucuns se demandent alors sur ce qu’il en sera de son avenir politique. Le sujet majeur auquel il pourrait être associé éventuellement touche le statut des îles éparses ou îles malagasy. Avant son incarcération en 2016, le politicien a beaucoup milité pour leur restitution pure et simple aux Malagasy. Il s’est engagé dans une démarche diplomatico-juridique à cette fin. Il a poussé les dirigeants d’antan à agir dans le même sens. La tergiversation du précédent régime a cédé la place à la détermination de son successeur. Des décisions capitales ont été prises depuis l’annonce de Paris en juin. La commission paritaire se met en place en conséquence. Les vœux d’Alain Ramaroson sont ainsi en partie exaucés.
M.R.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff