Publié dans Politique

Palais d’Iavoloha - Andry Rajoelina réitère son engagement devant le Pape

Publié le dimanche, 08 septembre 2019

 « Votre présence est une marque d’amitié et apparait comme une promesse tenue. La promesse que Madagascar n’est pas un pays oublié ». Ce fut en ces termes que le Président Andry Rajoelina a exprimé sa reconnaissance face à la visite du Pape François, à Madagascar lors d’une cérémonie au Palais d’Iavoloha, samedi. Dans nos murs pour une visite officielle depuis vendredi, le Souverain Pontife et non moins chef de l’Etat du Vatican s’est entretenu avec le couple présidentiel lors d’une audience à huis clos avant de rencontrer les autorités, le corps diplomatique et les représentants de la société civile. Le rendez – vous d’Iavoloha fut l’occasion pour le Chef de l’Etat de renouveler son engagement en tant que père de la Nation devant le Saint – Père. « Votre Sainteté, devant vous et cette assemblée, en ce lieu, en ce jour, je confirme ma volonté et mon engagement pour redresser et reconstruire Madagascar », a déclaré Andry Rajoelina face au Pape François et devant un parterre de diplomates, de membres de la société civile et d’évêques. Et d’ajouter que « je vais tout faire pour offrir un meilleur avenir aux Malagasy qui, depuis tant d’années, ont souffert de la pauvreté, de l’injustice, de la partialité et de l’abandon ». Une manière à lui de réitérer ses intentions de conduire le pays vers le développement tant espéré depuis l’indépendance.
 

Le « Fihavanana », un atout pour la Nation
 Pour sa part, le Souverain Pontife a vivement insisté sur le “Fihavanana”, une des valeurs fondamentales qui caractérisent les Malagasy. Une valeur qui, selon lui, révèle « l’âme » du peuple malagasy ainsi que les  «  traits particuliers qui le distinguent, le constituent et lui permettent de résister avec courage et abnégation aux multiples contrariétés et aux difficultés auxquelles il est confronté quotidiennement». Le numéro un du Vatican a également souligné la beauté et les richesses de la nature dans la Grande île. Il a ainsi abordé la politique et la protection de l’environnement dans le pays afin d’assurer une promotion inclusive de tous les habitants. En outre, le Pape François a appelé les autorités à « lutter avec force et détermination contre toutes les formes endémiques de corruption et de spéculation qui augmentent la disparité sociale, et à affronter les situations de grande précarité et d’exclusion qui produisent toujours des conditions de pauvreté inhumaine ». En s’adressant aux représentants de la communauté internationale, le Saint Père les a sollicités à poursuivre leurs engagements et à aider Madagascar tout en préservant la singularité du peuple malagasy. Enfin, le Pape François a réaffirmé la disponibilité de l’église catholique à Madagascar de contribuer aux perspectives de développement humain intégral respectueux de la culture malagasy dans un dialogue permanent avec toutes les parties prenantes. La rencontre au Palais d’Etat s’est achevée par un rite symbolique pendant lequel le Souverain Pontife a planté un petit arbre baobab avec le couple présidentiel devant le Palais.
La Rédaction

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff