Publié dans Politique

Participation aux élections - Le KMF – CNOE fustige l’inertie des partis politiques

Publié le lundi, 09 septembre 2019

Ils sont près de 125 partis politiques à être légalement constitués et enregistrésau niveau du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Pourtant, la grande partie d’entre eux ne présente pas de candidat à chaque élection.Ce fut le cas, par exemple, lors des dernières élections législatives pendant lesquelles le nombre des candidats qui se sont présentés en tant qu’indépendants a augmenté. Le même scénario risque encore de se reproduire pour les prochains scrutins communaux puisque les candidats des formations politiques se comptent encore sur les doigts.

Une situation qui est vivement dénoncée par le KMF – CNOE (Comité national d’observation des élections), lors d’une intervention médiatique hier. En effet, la participation à toutes les élections doit être l’une des raisons d’être des partis politiques. A se demander si la majorité des partis ont peur des élections ou ne sont tout simplement pas assez forts pour affronter les urnes ?

Selon l’article 02 de la loi n°2011 – 012 relative aux partis politiques, un parti politique désigne « tout groupement de citoyens ayant en commun un projet de société, partageant la même idéologie et poursuivant les mêmes objectifs, aux fins de défendre  et de mettre en œuvre un programme politique pour le développement socio – économique et culturel de la nation par l’exercice de la représentation au sein des différentes institutions au niveau local, régional, provincial et national ».

« Faillite idéologique »

Le même article stipule également qu’une formation politique « concourt à la formation de la volonté politique, à l’expression du suffrage universel et à l’exercice du pouvoir (…) à travers la participation aux élections, l’éducation civique et politique (…)». En somme, en s’abstenant de participer aux élections, une formation politique annihile sa vocation première. La création d’un parti devient alors un simple prétexte pour exister ou surenchérir dans le monde politique.

Interrogé sur le sujet, l’analyste et non moins fondateur du parti humaniste et écologique de Madagascar, Toavina Ralambomahay affirme que « le vrai problème est le désengagement politique du citoyen c’est-à-dire qu’il n’adhère à une quelconque entité et ne vote plus ». Selon lui, les citoyens sont insatisfaits des partis politiques existants. Cet auteur de l’ouvrage « pourquoi les malgaches ne s’engagent – ils pas ? », parle même d’une « faillite idéologique ». Faut – il rappeler qu’outre les deux principales formations politiques en compétition à chaque scrutin ces derniers temps, c’est-à-dire le TIM et le MAPAR, aucun autre parti ne se démarque réellement dans la sphère politique en ce moment.

Sandra R.

Fil infos

  • Tentative de déstabilisation du régime - Des politiciens profitent de la crise sanitaire
  • Covid-19 - La tisane CVO débarque au Moyen-Orient
  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim

La Une

Editorial

  • Re-voilà le loser !
    Ravalomanana Marc réapparaît. Il se réveille d'un coma après un « traumatisme crânien », suite aux terribles chocs à répétition dus à une série d'échecs depuis 2007. L'ancien Chef de l'Etat ne s'en remet pas. Etant un « oiseau » de mauvais augure, sa réapparition ne présage rien de bon ni d'utile pour le pays. Comme l'ours qui revient tout juste d'un long sommeil ou d'une longue hibernation, Ravalo n'est pas encore en pleine possession de ses capacités physiques et  intellectuelles. Il dit n'importe quoi sinon des bêtises. Plutôt, il peste des délires jusqu'à proférer des menaces à peine voilées. Au moins trois sujets brûlants embrasent l'atmosphère nationale.  

A bout portant

AutoDiff