Publié dans Politique

Intrusion chez un particulier à Itaosy - Un présumé voleur tombe sous les balles du propriétaire

Publié le lundi, 09 septembre 2019

Un suspect de 20 ans meurt criblé de balles suite à une effraction chez son voisin de quartier. Cela est survenu vers minuit, vendredi, dans un secteur de la localité d’Itaosy. L’impact des projectiles sur ledit suspect, qui l’atteignaient dans le ventre, l’a tué presque sur le coup. Le suspect aurait tenté de commettre un vol dans cette propriété privée. Et que le locataire de la villa l’aurait déjà sérieusement averti de ne plus jamais recommencer car ce n’est pas la première fois que le présumé bandit aurait ainsi fait effraction chez lui. Ce soir-là donc, l’intrus a payé de sa vie en recommençant à pénétrer dans cette propriété privée.

 

Depuis, la Gendarmerie a été saisie de cette affaire et ouvert une enquête. De leur côté, les proches du défunt ont protesté. D’après leurs déclarations, celui-ci n’avait aucune arme dangereuse sur lui au moment des faits, et expliquent qu’il ne fallait pas le tuer de cette façon mais au moins l’arrêter et le conduire à la Gendarmerie pour l’interroger. Enfin, une proche parente de la victime a ajouté que celle-ci aurait de nouveau perdu l’esprit pour qu’il ait été amené ainsi à sortir la nuit et de faire effraction dans les maisons des riverains.

« Il ne faut pas s’en cacher. Il a l’habitude de voir un ombiasy ou devin, qui lui procure des talismans. Lorsque l’homme les utilise et ainsi envoûté, il n’a plus du tout sa tête et quitte son foyer pour aller chez les voisins et y voler », assure notre interlocutrice. Le défunt a laissé une veuve et 5 orphelins. La Gendarmerie a avancé que la victime était bel et bien un récidiviste, et que le locataire s’est senti en danger à cause de cette intrusion au milieu de la nuit, et qu’il a voulu également protéger ses biens. Plusieurs tentatives d’assaut de bandits ont été signalées dans le courant de cette année à Itaosy, longtemps réputé comme une zone rouge pour cela. Hormis  l’assaut de malfaiteurs survenu en mi-février dernier à Avaratsena, sans doute considéré comme l’un des plus violents à se produire sur place, souvent, la plupart a échoué.  La  Gendarmerie ou la Police était alertée à temps, ou bien les victimes elles-mêmes se défendent par leurs propres moyens avant l’intervention de ces Forces, comme c’est le cas vendredi soir.

Franck R.

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff