Publié dans Politique

Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains

Publié le mercredi, 11 septembre 2019

Son crâne a failli éclater sous les coups que les gens, très nombreux à le tabasser, lui avaient assenés ! Il, c'est cet inconnu surpris d'avoir cherché à voler une volaille à Andohalo, vers le milieu de la matinée, hier. Les riverains lui ont infligé une sévère raclée à la suite d’un constat de vol dont il est le suspect. On peut dire que celui-ci a failli y laisser sa peau  si la Police n’est pas intervenue à temps.  A leur arrivée, les Forces de l’ordre ont dû à la fois ramener l’ordre sur les lieux tout en faisant disperser les riverains, mais aussi interpeller le suspect.

Puisque son état n’a pas encore permis toute enquête, la Police a dû avant tout l’évacuer d’urgence en 4x4 à l’hôpital où la victime a eu droit à de nombreux points de suture.

D’après une source auprès de la Police, le concerné se serait introduit  chez un particulier pour y voler une poule lorsque le propriétaire l’a surpris. « Le suspect était sur le point de cacher la volaille  dans un sachet en plastique lorsqu’il a été démasqué ».  Par ailleurs,  le soigner était une tout autre affaire. Pendant que les médecins l’ont soigné, les Forces de l’ordre ont monté la garde. Interrogé, un membre de celles-ci n’a pas caché que cette mesure de sécurité s’impose car il arrive  que le suspect soit tenté de fuir, quel que soit son état. Et si la Police n’est pas là, des complices, s’il y en a, peuvent débarquer à tout moment à l’hôpital. Et c’est ce qui est déjà arrivé plusieurs fois dans le passé, selon notre interlocuteur. Enfin, cette surveillance policière, pendant les soins du suspect blessé, est plus que nécessaire pour éviter  que les individus, se comportant en justicier, ne débarquent à l’hôpital et recommencer à s’en prendre à la victime.

Il y a un certain temps à Andohalo, ce sont parfois les  touristes étrangers qui constituaient la cible de ces voleurs. Les victimes ont été déposséder de leurs appareils photos, ordinateurs ou de leurs sac-bananes, etc.  Mais déjà à l’époque, les riverains s’étaient montrés solidaires aux victimes en participant à l’interpellation de ces bandits, et de les remettre entre les mains de la Police.

Franck R.

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff