Publié dans Politique

Élection municipale - Le TIM humilié à Tana

Publié le mercredi, 11 septembre 2019

A l'heure où nous mettons sous presse, la dernière nouvelle sur les candidatures aux prochaines municipales font état de celle de Marc Ravalomanana dans la Capitale. L'insolite de la situation est que cette candidature a été proposée en premier à grand renfort médiatique par un rassemblement de groupuscules sous la dénomination « Rodoben'ny Mpanohitra ho an'ny Demokrasia eto Madagasikara » ou RMDM, et non par le parti fondé et dirigé par le principal intéressé, à savoir le TIM. Le comble de l'humiliation pour les membres et sympathisants de ce dernier.

 

Chat échaudé craignant l'eau froide, Marc Ravalomanana semble ne plus faire confiance à la force de frappe de sa propre formation politique. Les deux défaites aux deux dernières élections ont en effet démontré que la Capitale a désormais échappé à l'emprise du patron du TIKO. Si  lors de la présidentielle, le candidat N°25 avait compté sur l'électorat tananarivien pour faire la différence, il n'en fut rien car il n'a pas pu distancer son adversaire du second tour qui, dans bien de cas, lui a tenu tête. Cette situation fut confirmée par les législatives où les candidats TIM n'ont pas réussi à écarter leur vis-à-vis de l'IRD dans beaucoup de circonscriptions d'Antananarivo Renivohitra et ses environs.

Marché de dupes

Pour bon nombre d'observateurs, il s'agit là d'une grossière erreur stratégique de la part de Marc Ravalomanana. En s'appuyant sur le RMDM en effet, il va provoquer les susceptibilités de ses partisans, lesquels seront tentés de lui infliger un vote-sanction. Or, de l'autre côté,  les personnalités qui composent le RMDM ne sont pas des foudres de guerre en matière électorale pour avoir récolté des « zéro virgule », pour ceux qui sont déjà passés par l'épreuve des urnes. Cette erreur d'appréciation de la situation risque fort de coûter cher à un Marc Ravalomanana déjà affaibli et qui ne se relèvera pas d'un autre échec électoral.

Quoi qu'il en soit, en se présentant à la course pour la Magistrature de la Capitale, l'ex-Président de la République met en même temps en jeu sa carrière politique, ou plutôt ce qu'il en reste. Une nouvelle défaite aux municipales de Tana l'exposera en effet aux railleries de ceux qui prédisent que, tel qu'il est lancé, Marc Ravalomanana finira être candidat à la tête d'un fokontany et ce,  après son échec à la présidentielle et celui, prévisible, à la mairie de Tana. Le personnage serait-il prêt à affronter une telle humiliation ?

Ecarté des discussions, le TIM, pour sa part, est condamné à être un simple spectateur d'un marché de dupes qui n'est pas sans rappeler les célèbres contes d' « Ikotofetsy sy Imahaka ». Car l'on ne sait pas au juste, qui du RMDM et de Marc Ravalomanana veut chevaucher son partenaire de circonstance, tous deux étant des « soavaly be lohalika » (monture au pied bot). Sur le plan politique s'entend.

Hery Mampionona

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff