Publié dans Politique

Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées

Publié le mercredi, 18 septembre 2019

C’est officiel ! Le mandat de Lalao Ravalomanana a pris fin cette semaine au même titre que celui des conseillers municipaux. L’heure du bilan de ses 4 années à la Mairie d’Antananarivo a donc sonné pour l’ancienne Première Dame. Un bilan sans surprise puisque largement négatif. Contrairement à l’obligation des élus en fin d’exercice de mandat, l’épouse de Marc Ravalomanana n’a pas pris la peine de faire un bilan officiel de ses 4 années de mandat.

 

Quelques conseillers à savoir Lalatiana Ravololomanana et Razanabololona Lucie  ont, pour leur part, décidé de faire l’évaluation  de leur passage à la CUA. D’emblée, elles pointent du doigt l’absence de transparence dans la gouvernance de Lalao Ravalomanana. Au niveau du conseil municipal, Lalatiana Ravolomanana signale une violation de plusieurs articles de la loi 2014 – 020. Il s’agit notamment de l’article 74 concernant la session ordinaire, l’article 75 relatif à la session budgétaire et enfin l’article 80 stipulant la nécessité d’un rapport spécial effectué par le maire.

Demande d’explication

Sur cette lancée, elles ont soulevé un manque total de transparence concernant 18 affaires gérées par la Première magistrate de la ville des mille et sur lesquelles elles ont demandé des explications. A titre d’exemple, l’on peut citer l’absence de compte rendu concernant l’utilisation des recettes relatives au contrat avec Easy Park, à la régularisation des permis de construire, à la gestion des marchés, aux tickets et quittances au niveau des Arrondissements.

Lalao Ravalomanana doit également rendre des comptes concernant les constructions illicites, le nombre exorbitant des membres de cabinet et des employés de la commune en général avec leurs fonctions précises, la situation de la cimetière d’Anjanahary, l’autorisation de construction accordée sur les trottoirs, la liste des patrimoines de la CUA, le dossier OMAVET, le rapport des missions extérieures effectuées par la délégation de la commune, les actions sociales, la gestion des infrastructures d‘hygiène (WC, bornes-fontaines, douches et lavoirs), etc.

Recours judiciaires

Les victimes de ces nombreuses infractions sont composées de marchands, d’employés de la CUA, des chauffeurs de taxi, entre autres. Malgré toutes ces infractions et en dépit du fait d’être minoritaires, ces conseillères ne sont pas restées les bras croisés. « Nous avons essayé d’imposer un débat sain à travers des critiques et des suggestions à chaque session mais malheureusement le dernier mot revient toujours au TIM qui est majoritaire au sein du conseil », a déploré cette ex – conseillère à la CUA.

Bien qu’une cellule de bonne gouvernance  et lutte contre la corruption existe au sein du cabinet du maire, aucun vrai responsable n’a réellement assuré les missions qui incombent à ladite cellule. En tout cas, les conseilleurs municipaux ont déjà fait de nombreux recours à savoir une plainte déposée au tribunal administratif et financier, et une autre auprès de l’inspection générale de l’Etat. Le Bureau indépendant anti – corruption a également été déjà saisi. Des dossiers à suivre de très près !

La Rédaction

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff