Publié dans Politique

Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !

Publié le jeudi, 19 septembre 2019

En tant que membre du Gouvernement, Naina Andriantsitohaina a participé à son dernier Conseil des ministres, avant – hier. Aux dernières nouvelles, il s’est désormais libéré de sa fonction de ministres des Affaires étrangères pour pouvoir se consacrer entièrement à la campagne électorale en vue des prochaines communales et municipales prévues pour le 27 novembre. Une mise à disponibilité conforme aux dispositions légales puisque la loi n° 2003-024 du 13 août 2003 relative aux élections communales stipule dans son article 15 que le mandat d'élu au niveau des Communes est incompatible avec « l'exercice de fonction de : Membre du Gouvernement, secrétaire général, secrétaire général adjoint et directeur général, directeur général adjoint, directeur des institutions de la République et de ministères. Ils doivent démissionner au plus tard le lendemain de leur élection s'ils se portent candidats à l'élection des membres du Conseil ou du maire ».

 

Plus loin, l’article 17 indique de « tous les fonctionnaires d'autorité, civile ou militaire, désirant se porter candidats à l'élection des membres du conseil ou du maire doivent, sous peine de déchéance, se mettre en position de disponibilité dès officialisation de leur candidature ».Autrement dit, Naina Andriantsitohaina, ministre des Affaires étrangères, a tenu à se mettre en disponibilité bien qu’il ne soit pas tenu de démissionner de son poste avant l’officialisation de sa candidature par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Sauf changement, la propagande s’étendra sur près d’une vingtaine de jours, plus précisément entre le 07 novembre jusque dans la nuit du 26 novembre. L’occasion pour ce prétendant à la magistrature de la ville d’Antananarivo d’exposer en détails son programme de « sauvetage » de la Capitale.

Rappelons que cet opérateur économique notoire aura pour principal adversaire, le poulain de Marc Ravalomanana, un dénommé Tahiry Ny Riana Randriamasinoro, actuel Sg de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Naina Andriantsitohaina aura pour principale mission de rétablir la dignité de la ville des mille qui fut mise à terre depuis la gouvernance de Lalao Ravalomanana. « Ensemble, nous allons sauver Antananarivo », c’est d’ailleurs la devise du candidat porte – fanion de l’IRD pour ces prochains scrutins. Une devise qu’il a fait connaître au moment de l’annonce de sa candidature le 12 septembre dernier au PK Zéro Antanimena. Comme il a été évoqué au moment de l’annonce de sa candidature, Naina Andriantsitohaina aura également la charge de ramasser tous les pots cassés des Ravalomanana notamment dans la gestion des ordures, la remise en ordre des marchés et de redorer l’image même de la Capitale malagasy.

La Rédaction 

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff