Publié dans Politique

Le ministre de la Défense à Antsiranana - La sécurité maritime au menu

Publié le vendredi, 04 octobre 2019

Le ministre de la Défense nationale, le Général Rakotonirina Léon Richard,  a débarqué jeudi dernier  dans la capitale du Nord  où depuis mardi dernier  4 navires de guerre de la marine indienne  dont un bâtiment école et instruction long de 105,8m et 13,2m de large et qui a un tirant d’eau de 4,6m ont fait escale. Le ministre a été invité à l’occasion par l’ambassadeur de l’Inde. 

 

L’après-midi, le  n°1 de la Défense nationale, de concert avec l’ambassadeur de l’Inde,  ont  organisé une conférence de presse au cours de laquelle le premier  a déclaré que l’escale de ces navires de  guerre marque  l’affermissement de la relation bilatérale entre les deux pays et en l’occurrence le renforcement de la

coopération militaire laquelle,  devait-il indiquer,  se porte sur plusieurs domaines dont  la sécurité maritime. 80% des échanges maritimes  passent  par l’océan Indien d’où l’importance de celle-ci,  a fait savoir le Général Rakotonirina Léon Richard. Dans la foulée, il a signifié les enjeux économiques, diplomatiques et sécuritaires liés à l’insécurité

maritime dans l’océan Indien. Pour que le pays  puisse  exploiter d’une manière efficace et durable les ressources des océans, des mers et autres, la sécurité maritime s’impose, a clairement fait  savoir le ministre. En effet, l’économie bleue est un des modèles économiques de Madagascar. Le ministre a également mis à profit  cette conférence de presse pour faire part des défis de son département  pour l’année prochaine entre autres  l’acquisition d’un bateau de guerre de taille et  la mise en place de centre d’instruction navale à  Antsiranana et Mahajanga. Quant à l’ambassadeur de l’Inde, il a insisté dans son discours sur  l’importance de la sécurité  maritime dans l’océan Indien. Pour ce faire, devait-il continuer,  Madagascar doit travailler de concert avec les îles et les pays avoisinants.

A noter que  45 pays dont Madagascar bénéficient de formation navale de la part du Gouvernement indien.  Un exercice militaire mené conjointement par les officiers de la marine malagasy et celle  indienne a eu lieu avant le départ des 4 bâtiments indiens hier.

 A.Lepêcheur

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff